Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 07:12

Combattre vraiment les idées

d’extrême-droite

Par Armelle Hervé, secrétaire de la section de Mantes-la-Jolie du PCF

 

Dans les médias, il est de bon ton de présenter le refus de l’actuelle construction européenne comme de la frilosité, le refus de l’autre.

Cela a notamment été le cas d’un certain « candidat Macron » qui, soutenu par le CAC 40, a confondu volontairement l’acceptation du libéralisme imposé à l’Europe et le combat contre l’extrême-droite.

Ils ont bonne mine tous ceux qui, jour après jour et pendant des années, ont ouvert en grand les portes des journaux, des radios, des télévisions à Le Pen pour l’utiliser ensuite comme repoussoir à la veille des élections !

Et bien non ! L’extrême-droite ne se combat pas une fois tous les cinq ans. C’est quotidiennement qu’il faut faire vivre les valeurs de progrès et de solidarité.

Ces mêmes valeurs qui nous font refuser «l’Europe des barbelés» parce que nous voulons tendre la main aux femmes et aux hommes de ce monde pour qu’ensemble nous le changions.

 

Cliquez ci-dessus pour retrouver le fichier en pdf

Repost 0
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 06:08

 

 

Que n’aura-t’on entendu à propos de l’Europe, soi-disant facteur de liberté et de paix?

 

Sauf que … c’est tout le contraire qui se produit.

 

Non seulement l’Europe actuelle n’est pas facteur de paix mais, grâce à la France, son « bras armé », elle n’a cessé d’intervenir pour faire respecter l’ordre établi: celui du capitalisme dirigé par les USA.

 

Un capitalisme qui plonge des millions de femmes et d’hommes dans la misère et provoque une des plus grandes migrations que notre monde ait connu: plus de 250 millions de migrants internationaux.

L’europe « barbelés ».

 

On « a vendu » l’Europe aux citoyens comme une zone de liberté à l’intérieur et de paix à l’extérieur. On a trompés ces derniers.

 

==> La liberté tant vantée n’est en fait que celle de la circulation des capitaux et des marchandises.

 

Celle-là même qui favorise la baisse des salaires dans une véritable « course à l’échalote » (je baisse les salaires en France pour être compétitif, les salaires baissent aussitôt dans les autres pays pour la même raison invoquée …) et les délocalisations d’entreprises sous fond d’exploitation éhontée des salariés locaux.

 

==> La paix qu’on assimile à l’Europe est également une immense tromperie.

 

Décerner à cette dernière le prix Nobel de la paix « parce qu’il n’y a pas eu de guerre sur son territoire » revient à faire oublier ses multiples interventions, France en tête.

 

==> Une Europe barbelés impérialiste qui « embauche » désormais des pays pour « faire le sale boulot »: comme la Grèce d’Alexis Tsipras au sein de l’Europe ou la Turquie du dictateur d’Erdogan qu’on laisse, en échange, frapper le peuple kurde au plus grand soulagement de Daesh.

 

Agir pour une vraie

solidarité internationale

 

Cela passe par plusieurs impératifs.

 

==> Le respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et la fin des interventions armées dans les pays étrangers.

 

==> La construction de coopérations mutuellement avantageuses entre pays qui permettent aux salariés locaux de vivre dignement de leur travail (et de pouvoir acheter ce qu’ils produisent). La lutte contre la spéculation internationale qui place hors de portée d’une majorité de la population le simple droit de se nourrir.

 

==> La construction de liens de solidarité avec les migrants sur notre territoire.

 

Non, ils ne viennent pas nous prendre notre travail.

 

C’est le capitalisme et ses soutiens qui dévalorisent ce dernier et osent maintenant désigner comme bouc-émissaires ceux qui en sont les premières victimes.

 

Nous diviser ne fera que nous affaiblir, c’est tous ensemble que nous pouvons changer cette société.

 

Quelques-unes des multiples

interventions militaires françaises.

 

1961. Tunisie (Bizerte)

1964. Gabon (Rétablissement du président M’ba)

1968 à 1972. Tchad (contre la rebellion du Tibesti)

1977. Zaïre (soutien au maréchal Mobutu)

1977. Mauritanie (contre le Front Polisario).

1978. Zaïre (soutien au maréchal Mobutu)

1978—1980. Tchad (contre le Frolinat)

1983. Tchad (soutien au Présiddent Hissène Habré)

1985. Tchad (bombardement d’une base aérienne libyenne).

1986. Togo (soutien au Président Eyadéma)

1990—1993. Rwanda (soutien au Président Habyarimana), Irak.

1992—1993. Somalie (armée française placée ensuite sous commandement américain— »Restore Hope»)

1993. Zaïre, Rwanda (formation de l’armée rwandaise qui allait bientôt commettre un des plus grands génocides de notre siècle).

1994. Rwanda (instauration d’une « zone humanitaire » qui permettra à l’armée rwandaise de passer au Zaïre)

1997. Congo

2002. Côte d’Ivoire.

2003. Centre-Afrique, Afghanistan

2004. Côte d’Ivoire.

2006. Tchad

2008. Tchad, Erythrée

2011. Lybie, Côte d’Ivoire

2013. Mali.

...

 

Mézy-sur-seine.

Bambino est libéré

 

« Bambino » est un jeune réfugié soudanais qui, après avoir traversé la Libye, est arrivé d’abord en Italie (ou il ment sur son âge pour ne pas être expulsé) avant la France.

 

Mineur à l’évidence et scolarisé, c’est pourtant sous le prétexte qu’il serait majeur que le gouvernement français l’incarcère au centre de rétention de Plaisir.

 

C’était sans compter sur le comité de soutien, « les voisins solidaires » de Mézy et de nombreux soutiens dont les communistes de Mantes-la-Jolie.

 

Il est provisoirement libéré.

 

Cliquez ci-dessus pour retrouver le fichier PDF.

Repost 0
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 06:19

Nous nous permettons de vous donner à voir le dernier numéro en date de notre publication locale qui sera distribuée dans les lieux publics et dans les boîtes aux lettres du canton.

 

Au menu:

 

Notre dossier (pages 1, 2 et 3). L'Europe barbelés NON. Solidarité internationale OUI.

 

L'édito d'Armelle Hervé (page 1). Combattre vraiment l'extrême-droite

 

Les brèves (pages 2 et 3). Front populaire interdit de séjour à Rosny-sur-Seine, Place ouverte mais amende ferme et cachez-moi ces pauvres à Mantes-la-Ville, la GPS&O aime recevoir, 5 millions de demandeurs d'emplois, malades mentaux armés aux USA, trois fois plus de milliardaires en France, la commande publique en baisse due principalement aux collectivités territoriales, la maire de Calais a tenté d'interdire l'aide aux migrants, la commission européenne n'aime pas le logement social.

 

Contre la fermeture du bureau de Poste à Mantes-la-Ville (page 4)

 

Eric Roulot, candidat du PCF? Nous ne sommes pas engagés (page 4)

 

Marché du Val-Fourré. 750.000 euros perdus pour les Mantais (billet de Marc Jammet, page 4)

Cliquez ci-dessus pour ouvrir le fichier en pdf.

Mantes-la-Jolie. L'OPINION DES COMMUNISTES (Numéro 77)
Mantes-la-Jolie. L'OPINION DES COMMUNISTES (Numéro 77)
Mantes-la-Jolie. L'OPINION DES COMMUNISTES (Numéro 77)
Mantes-la-Jolie. L'OPINION DES COMMUNISTES (Numéro 77)
Repost 0
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 08:08

Turquie après le référendum: « Le gouvernement n’a plus de légitimité » (PCT – TKP)

Turquie après le référendum: « Le gouvernement n’a plus de légitimité » (PCT – TKP)

Communiqué du Parti communiste de Turquie à la suite des résultats du référendum du 16 avril 2017. Traduction ML pour « Solidarité internationale PCF – vivelepcf ».

Les résultats du référendum, obtenus par l’intimidation, la fraude et le vol, n’ont aucune légitimité. Ceux qui essaient de faire la fête après ces résultats insultent le peuple.

Nous appelons notre peuple, qui ne se soumettra pas, à s’unir, à s’organiser et à n’accepter aucun fait accompli.

Un pouvoir politique ne tient pas sa légitimité uniquement de quelques voix obtenues au dernier moment. Des résultats électoraux ne suffisent pas pour qu’un gouvernement puisse faire tout ce qu’il veut.

Le régime de l’AKP a montré, dès le premier jour, son caractère réactionnaire et anti-populaire. Cela fait déjà longtemps qu’il ne dispose plus de légitimation dans la société. Plus encore, les résultats du référendum du 16 avril ne sont rien d’autre que la confirmation de cette absence de légitimité.

Du point de vue de l’approbation ou du rejet des modifications constitutionnelles, la consultation du 16 avril est déjà dépassée. A ce stade, il n’est plus possible pour la société d’accepter la victoire proclamée du « oui ». Laissant chaque parti défendre sa position, le TKP déclare d’ores et déjà qu’il rejette un tel résultat.

Ce scrutin a été marqué par l’intimidation et la fraude. La décision du haut comité électoral de reconnaître la validité des bulletins des enveloppes non cachetées ne répond à aucun souci de légalité ou d’impartialité.

L’AKP est aux abois et recourt à la répression. Le résultat traduit un recul significatif de son nombre de voix, et encore, elle n’a obtenu la moitié de ces voix que grâce à d’innombrables manipulations et fraudes.

La prétention à gérer du parti au gouvernement est détruite : il a perdu la plupart des grandes villes et des centres-ville, où il avait été fort pendant des années.

Sa tentative, malgré tous ces faits, de « célébrer la victoire », ne signifie qu’une chose, en dehors de se moquer de notre peuple : nous apprécions ce genre d’audace comme un appel à la confrontation décisive. Les travailleurs et les intellectuels de Turquie, tous les citoyens attachés aux valeurs de la République, ont accumulé l’énergie pour en finir avec le pouvoir réactionnaire.

Il n’y a pas de perspective pour l’AKP, qui veut gouverner ce pays suivant les intérêts des ennemis des travailleurs, les intérêts des forces capitalistes et des monopoles, de s’en tirer encore une fois en s’appuyant sur ces forces.

Le TKP appelle notre peuple à être vigilant, à n’accepter aucun fait accompli et, dans cet objectif, à s’organiser !

Parti communiste de Turquie, Comité central

Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans International
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 09:19

Quatre candidats étaient en lice, même si peu de médias s’en sont fait écho.

Avec 47% des voix contre 48% pour H. Clinton, D.Trump a été élu 45ième Président des Etats-Unis.

Car dans cette grande « démocratie », personne ne remet en cause le fait que ce sont les grands électeurs qui décident – et non les citoyens. 270 d’entre eux auraient suffi, mais 306 sur 538 ont choisi le Républicain milliardaire.

Si les Républicains et les Démocrates diffèrent dans leurs publics et leurs tactiques, tous deux sont à la disposition de leurs « bailleurs de fonds » pour conforter le business à grande échelle.

Au lendemain de cette élection, le Dow Jones bat d’ailleurs un record historique!

Aujourd’hui le système a choisi celui qui se présentait comme un anti-système pour dévoyer la colère des véritables causes de la dégradation des conditions de vie et de travail de plus en plus d’Américains.

Raciste, isolationniste, diviseur, Trump applique des méthodes réactionnaires comme en témoigne la signature de ses premiers décrets: arrêt de la couverture sociale pour les plus pauvres; édification du mur entre le Mexique et les Etats-Unis; nomination « d’hommes d’affaires » aux postes clé; interdiction d’entrée sur le territoire américain pour les ressortissants de 7 pays de religion musulmane…

Il y a des lendemains de « gueule de bois », mais heureusement des millions de voix s’élèvent dans le monde pour refuser cet état de fait et rejeter ses admirateurs outre-Atlantique.

 

 

 

 

 

Cliquez ci-dessus pour retrouver L'OPINION DES COMMUNISTES

Repost 0
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 07:20

Félicitations aux camarades du PC autrichien (région de Styrie) : le KPOE confirmé 2ème force politique à plus de 20% aux élections municipales à Graz.

Félicitations aux camarades du PC autrichien (région de Styrie) : le KPOE confirmé 2ème force politique à plus de 20% aux élections municipales à Graz.

Brève « Solidarité internationale PCF – vive le pcf », février 2017

Des élections municipales avaient lieu le 5 février dans la deuxième ville d’Autriche, Graz, capitale de la région de Styrie (280.000 habitants).

La liste du Parti communiste autrichien (KPOE – fédération de Styrie) a conforté sa place de deuxième parti dans la ville avec 20,34% des suffrages, en progression de 0,48%, avec une abstention en recul de 3 points (43%). La droite traditionnelle progresse et arrive en tête. Le KPOE distance largement l’extrême-droite. Les sociaux-démocrates s’affaissent de 15 à 10%. Le KPOE conserve 10 élus et gagne un membre de l’exécutif, l’exécutif étant également réparti à proportionnelle. La droite a essayé d’en évincer le KPOE, illégalement, sans succès.

Nous nous réjouissons de ce résultat de nos camarades autrichiens. La fédération de Styrie, contrairement au PC national autrichien (qui est, lui, insignifiant électoralement dans des coalitions de gauche), refuse les orientations du Parti de la gauche européenne, l’acceptation du réformisme et de l’UE du capital. Nos camarades montrent aussi, dans un contexte difficile, l’efficacité d’un fonctionnement en parti de classe et de masse. Leurs bons résultats électoraux traduisent une mobilisation sociale intense, par exemple pour le droit au logement.

Un encouragement pour les communistes des pays d’Europe qui entendent rester organisés en parti communiste !

Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans International Elections
commenter cet article
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 07:38

Le service public. C'est le dossier traité par le dernier numéro en date de L'Opinion des Communistes, le journal des communistes du canton de Mantes-la-Jolie.

Vous y trouverez également:

  • l'Hôpital de Mantes, victime de suppressions de postes mais dont le personnel est encouragé aux heurs supplémentaires.
  • Mantes-la-Ville. Dans la ville dirigée par le Front national, les parents en recherche d'emploi privés de crèche municipale.
  • Mantes-la-Jolie. La police municipale armée.
  • La privatisation de l'OPIEVOY par la droite.
  • Mégabus: un fiasco nommé Macron
  • Vivarte. Des fonds publics pour licencier.
  • Logements sociaux à Mantes-la-Jolie: une véritable épuration sociale
  • Etats-Unis: qui a fait l'élection du Donal Trump
  • L'éditorial d'Armelle HERVE, secrétaire de la section.
  • Le billet de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes-la-Jolie.

Cliquez ci-dessous pour retrouver le fichier PDF

Cliquez ci-dessus pour retrouver le fichier de l'Opinion des communistes

L'OPINION DES COMMUNISTES (Numéro 76)
Repost 0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 09:40

 

Eugene McCartan (PC d’Irlande) sur la Grande-Bretagne et l’Irlande, l’UE et l’impérialisme.

Discours d’Eugène Mac Cartan, secrétaire général du Parti communiste d’Irlande, prononcé lors du 54ème congrès du Parti communiste de Grande-Bretagne, en novembre 2016, traduction MlN pour « Solidarité internationale PCF – Vivelepcf »

Camarades,

Au nom du Parti communiste d’Irlande, je voudrais vous adresser l’expression la plus chaleureuse de solidarité au Parti communiste de Grande-Bretagne et, en particulier, aux délégués qui participent à ce 54ème congrès de votre parti.

C’est toujours un plaisir d’assister à des événements organisés par votre parti, un parti avec lequel nous partageons un grand nombre d’intérêts communs et de convergences de vue, puisque nous faisons face au même ennemi : l’impérialisme britannique.

Camarades,

C’est une époque de défis pour le mouvement ouvrier, ici en Grande-Bretagne, en Irlande et dans le monde. Notre classe continue à faire l’expérience quotidiennement de l’attaque incessante du capitalisme monopoliste contre les acquis de la classe ouvrière gagnés par des luttes dures et âpres et par tant d’abnégation. La résistance de la classe ouvrière a été, d’une manière générale, lente à s’affirmer, mais, maintenant, elle progresse en intensité à travers l’Europe. Dans cette lutte, les communistes et la gauche ont de nouveaux enseignements à tirer.

Votre congrès arrive à un moment important alors que la classe dirigeante britannique et l’Etat britannique sont toujours confrontés à la suite de la décision, par référendum, de quitter l’Union européenne. Les conséquences du « Brexit » ont eu et auront un impact profond sur la vie des travailleurs aussi bien dans l’Etat britannique que, bien sûr, en Irlande, au nord et au sud.

Et elles ont un profond impact sur l’Union européenne elle-même. Les médias britanniques, irlandais et internationaux se sont efforcés de travestir les motivations de ceux qui ont voté pour la sortie en une sorte de rejet droitier et raciste de l’UE. Mais la vision mondialement propagée qu’aucune personne équilibrée, à la pensée libérale, pourrait soutenir la sortie de l’Union européenne est maintenant remise en question dans toute l’UE.

  1. « Brexit » n’a pas été et n’est pas seulement un phénomène de droite. L’expansion de l’idéologie de droite à travers l’Europe est le résultat direct de l’abandon [en fuyant] par la gauche de l’anti-impérialisme, laissant la voie ouverte au populisme de droite, tels que l’expriment Trump, Le Pen et Farage.

La décision du peuple de Grande-Bretagne de quitter l’Union européenne pose de grandes difficultés à l’UE et a suscité également la panique dans la classe dirigeante irlandaise. La soumission de celle-ci à trois centres de pouvoir à la fois – à Londres, à Bruxelles et à Washington – la met dans un état d’extrême confusion.

Le Sinn Fein, qui s’était opposé auparavant à l’intégration européenne, a mené une campagne opportuniste dans le Nord de l’Irlande dans le camp du « maintien », pour rendre possible sa cooptation dans les stratégies et mécanismes de contrôle du système en Irlande et dans l’Union européenne. L’ « engagement critique » réformiste de gauche, que revendique maintenant le Sinn Fein, est bienvenu au club.

Les partis de l’exécutif d’Irlande du Nord, loin de rechercher plus de pouvoir sur l’économie, préfèrent renvoyer la décision à l’Etat britannique tellement ils craignent d’endosser la responsabilité des politiques dictées par le gouvernement britannique et qu’ils appliquent. L’impopularité de ces politiques, qui frappent durement la classe ouvrière, a déjà altéré le soutien politique au Sinn Fein.

En République d’Irlande, les travailleurs ont été amenés à une campagne de résistance de masse contre l’introduction de la taxe sur l’eau qu’ils ont vue comme un prélude à la privatisation. Le niveau de la résistance d’un grand nombre de syndicats et spécialement d’associations locales [community groups] a contraint le gouvernement à faire marche arrière et à renoncer à collecter cet impôt injuste.

La campagne pour le droit à l’eau a élevé l’exigence et a engagé la campagne pour un référendum en vue d’inscrire la propriété et le contrôle populaires de notre eau dans la constitution de l’Etat, une exigence que le PCI a défendue et propagée depuis le tout début de la lutte. Cette campagne a été si forte que la résolution est passée au « Dail Eireann » [Assemblée d’Irlande] sans opposition et que le projet de loi est passé au stade de l’examen en commission. Un référendum sur la propriété de l’eau, s’il s’en tient un, constituerait un obstacle majeur aux plans de la classe dirigeante irlandaise, de l’UE et au TTIP.

Ces luttes importantes doivent servir à développer la conscience des travailleurs, en particulier en cette année du centenaire de l’Insurrection de 1916, conscience que le combat contre l’impérialisme n’appartient pas au passé mais doit être placé au cœur de leurs luttes quotidiennes, conscience que pour obtenir des avancées dans les luttes sociales, celles-ci ne peuvent pas être séparées (elles sont interconnectées avec elle) de la rupture avec le triple verrou de contrôle impérialiste – Grande-Bretagne, UE et Etats-Unis – sur la destinée du peuple irlandais.

Nous venons juste d’assister en Irlande au scandale impliquant le géant Apple, qui a déversé ses profits mondiaux sur une adresse irlandaise pour éviter de payer des impôts – cela en connivence avec le gouvernement irlandais et avec son soutien. Ces profits provenaient de la surexploitation de travailleurs sous-payés du monde entier.

En regardant Apple et les firmes transnationales en général, nous pouvons discerner les tendances à une plus large interconnexion qui façonnent les économies aussi bien des Etats impérialistes puissants du centre que des Etats plus faibles de la périphérie.

En périphérie, on observe la surexploitation de travailleurs sous-payés et la captation de la rente impériale au moyen d’avantages financiers et structurels et de l’évasion fiscale, aboutissant à des profits massifs pour les grandes firmes. Dans le centre impérialiste, on observe un déclin des salaires, une baisse nominale de la taxation du capital et de la taxation des entreprises, aboutissant, de même à des profits massifs.

Dans les deux cas, nous observons un transfert de richesses massif de la classe ouvrière vers les firmes transnationales et le déplacement de la charge fiscale des entreprises vers les épaules des travailleurs, aboutissant à une réduction des services publics socialisés et à leur remplacement par des services privatisés, marchandisés, tournés vers le profit.

Ce modèle de développement économique et social est maintenant soumis à la pression croissante d’événements hors du contrôle de la classe dirigeante irlandaise : l’impact possible du Brexit, la volonté de la Commission européenne d’harmoniser le niveau de l’impôt sur les sociétés d’ici 2021 et l’élection de Trump aux Etats-Unis.

La nature dépendante et périphérique de l’Etat irlandais dans la structuration du pouvoir dans l’UE va apparaître de plus en plus visiblement si la Grande-Bretagne se retire dans les quelques prochaines années.

Comme le président du syndicat de l’électricité et de l’ingénierie technique, Frank Keoghan, parlant à la conférence annuelle de son syndicat le week-end dernier, l’a constaté : « parce que c’est l’UE, agissant sur la base du vote à la majorité qualifiée (L’Irlande dispose de 0,6% des voix), qui va décider des relations futures de l’Irlande avec à la fois la Grande-Bretagne et l’Irlande-du-Nord et non notre gouvernement agissant indépendamment ».

Les conséquences du Brexit pour l’ensemble de notre peuple, au nord comme au sud, pourront être lourdes. Ni la population des six comtés du nord, ni la population de la République – pays soi-disant souverain – n’auront d’influence réelle et de droit à la parole sur les événements qui se déroulent.

Le projet d’intégration européenne a heurté un rocher, s’avérant incapable de trouver une réponse viable à la crise économique et sociale. Il ne s’ensuit pas pour autant que la droite populiste et les réformistes sociaux présentent une quelconque alternative.

Il est de la responsabilité de la gauche, spécialement des partis communistes, de produire des politiques capables d’organiser la résistance des travailleurs et leur mobilisation pour un changement radical, ouvrant la voie au socialisme.

« Le vieux monde se meurt et le nouveau monde tarde à apparaître ».

Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans International
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 07:36

Discours de clôture du 20ème congrès du Parti communiste portugais, 4 décembre 2016

Discours de clôture du 20ème congrès du Parti communiste portugais, 4 décembre 2016

Discours prononcé à Alamada par Jeronimo de Sousa, secrétaire général du PCP, le 4 décembre 2016, traduction MlJ pour « Solidarité internationale PCF – Vivelepcf ».

Camarades et amis, chers invités,

Au moment de clôturer les travaux de notre 20ème congrès, nous pouvons dire que nous avons rempli avec succès les objectifs que nous nous étions fixés.

Premièrement, par le degré d’implication et de participation des délégués. Ils ont honoré par leur présence et leur participation permanentes le mandat qui leur a été donné. Personne ne les a contraints. C’est un acte libre et responsable d’hommes et de femmes libres qui aspirent à une vie meilleure pour les travailleurs et le peuple portugais, d’hommes et de femmes qui font la différence, dans les formes d’engagement politique, en étant membres de notre parti.

Même au moment de leurs congrès, les partis ne sont pas tous pareils.

Nous saluons aussi les camarades et les invités, toujours présents, qui ont manifesté leur adhésion aux interventions. Des délégués venant de Bragance ou de l’île de Flores (Açores) ont parlé de la vie, des problèmes de leur région, de leur secteur d’activité, de la réalité des entreprises et des lieux de travail.

Nous avons entendu des ouvriers, d’autres travailleurs ; nous avons entendu des paysans, de petits entrepreneurs, des intellectuels, des jeunes, des femmes, des retraités, des personnes handicapées, des spécialistes, des hommes et des femmes de science, qui sont venus parler de politique économique, de santé, d’éducation, de sécurité sociale, d’accès à l’eau, de la valeur du travail, de la culture et de la production nationale.

Ils ont parlé de leur pays et de la souveraineté nationale.

Nous avons exprimé, naturellement et spontanément, nos sentiments internationalistes, notre profonde et sincère solidarité avec les partis, les peuples et les pays victimes des attaques et des menaces de l’impérialisme, Cuba, la Syrie, la Palestine et l’Ukraine pour ne citer que ceux-là.

Nous avons parlé de la lutte et de son développement comme élément stratégique pour mettre un terme aux blocus, aux pressions et pour commencer à construire une politique alternative patriotique et de gauche.

Nous avons parlé de la vie de notre parti, du renforcement politique, social et électoral du PCP comme condition irremplaçable et indispensable à la construction des politiques alternatives pour lesquelles nous combattons, du renforcement de l’organisation du Parti, en particulier en menant une grande campagne d’adhésion.

Nous avons parlé et débattu de la nouvelle phase de la vie politique nationale et le Congrès a apprécié le rôle du Parti, de ses propositions et initiatives.

Et, chers camarades, permettez-moi de reprendre les dernières phrases du discours de clôture du 19ème congrès. Nous affirmions alors : « Dans une situation où ça cogne si dur, où les travailleurs, le peuple portugais et le pays subissent la tempête destructrice et dévastatrice de la politique du gouvernement PSD/CDC-PP, nous affirmons : Rien n’est perdu à jamais ».

« Quand les travailleurs et la population ont intensifié et étendu la lutte, le gouvernement a été ébranlé ; si les cette lutte se développe, le gouvernement sera battu. » Et c’est ce qui s’est passé !

Et pas seulement le gouvernement PSD/CDS-PP mais aussi l’idéologie du fatalisme, du conformisme et de la peur. Une fenêtre d’espoir s’est ouverte, des droits et certains revenus ont été rétablis, conquis.

Camarades et amis, chers invités,

A ce congrès, nous avons discuté de la phase nouvelle de notre vie politique nationale et de la détermination du PCP, avec les travailleurs et le peuple, de tout faire pour continuer à défendre, rétablir et reconquérir des droits.

Ce 20ème congrès a affirmé la nécessité et l’urgence de trouver une réponse à la grande question qui monte : celle de l’alternative capable d’ouvrir la voie pour résoudre les problèmes du pays.

Ce congrès a vu l’affirmation d’un parti, le Parti communiste portugais, qui assume le projet politique nécessaire au pays d’une politique patriotique, de gauche, et qui combat et combattra pour lui ; d’un parti, le Parti communiste portugais, qui s’adresse à tous les démocrates et les patriotes désireux de converger avec nous pour réaliser cette politique indispensable en vue de surmonter les problèmes du pays ; d’un parti, le Parti communiste portugais qui fait appel aux travailleurs et au peuple pour qu’ils prennent en main la défense de leurs intérêts et de leurs droits, qu’ils concrétisent la politique patriotique et de gauche en vue d’un Portugal développé et souverain.

Oui, à ce 20ème congrès, devant vous et devant le pays, le PCP s’affirme comme la force qui porte la politique nécessaire à l’avenir du Portugal, comme la force qui assume l’engagement pris envers les travailleurs et le peuple, tous les démocrates et les patriotes, pour qu’il soit enfin possible de mettre fin à l’exploitation, à l’appauvrissement, au déclin et à la mise sous dépendance, pour que soit assuré un avenir au Portugal.

Cette lutte et cette convergence ne tournent pas dans le vide. Il s’agit d’une lutte et d’une convergence pour une politique concrète offrant des solutions pour le pays.

Alors, ici, nous réaffirmons, synthétiquement, le contenu de cette politique patriotique et de gauche : libérer le Portugal de la soumission, de la dépendance et des contraintes imposées par l’euro, renégocier la dette, rendre au pays ce qui appartient au pays, ses ressources, ses secteurs stratégiques, son droit inaliénable à la croissance, au développement et à la création d’emplois.

Encourager le Portugal à produire, avec une agriculture plus forte, une pêche plus forte, une industrie plus forte ; créer plus de richesses et mieux la distribuer en soutenant les très petites, les petites et les moyennes entreprises, en valorisant le travail et les travailleurs, leurs salaires, leurs droits individuels et collectifs. Pour que le peuple ait le droit aux soins, le droit à l’éducation et l’accès à la culture. Pour que le peuple dispose d’une protection sociale.

Voilà la bonne voie, voilà l’alternative d’avenir. Le Portugal a besoin de ça et non d’un retour au passé, au « Pacte de stabilité et de croissance », ce pacte d’agression, à l’action dévastatrice du gouvernement de coalition PSD/CDS-PP. Voilà la voie d’avenir que notre congrès a tracée.

Nous allons la matérialiser, lier ces objectifs à notre action et nous voulons ici insister sur certaines priorités de nos prochaines interventions :

  • La lutte pour l’augmentation des salaires et le salaire minimum national à 600 euros, en janvier prochain ;
  • La lutte pour les droits des travailleurs, pour la suppression de dispositions graves du droit du travail, notamment l’abrogation de la caducité des conventions collectives et le rétablissement d’un traitement plus favorable aux travailleurs ;
  • Le combat contre la précarité et l’application du principe selon lequel à un emploi permanent doit correspondre un véritable contrat de travail ;
  • La défense et l’amélioration des fonctions sociales de l’Etat, notamment du Système national de santé, de l’école publique, des transports publics et de la culture ;
  • L’action pour la renégociation de la dette publique ; le développement de la campagne pour la libération de la soumission à l’euro, pour la production, l’emploi et la souveraineté nationale.

Il est incompréhensible que notre pays ne se prépare pas à se libérer de la soumission à l’euro.

Il est inacceptable de laisser l’avenir du pays entre les mains et au bon vouloir de ceux qui ceux qui veulent liquider notre souveraineté, de laisser le pays désarmé contre les nouveaux processus d’asphyxie et de chantage sur le Portugal. Il est inacceptable qu’ils veuillent nous attirer, comme peuple et nation, dans l’impasse de l’appauvrissement, de la dépendance, en négation des droits du Portugal à un développement souverain.

Il est inacceptable que, chaque année, plus de 8 milliards d’euros soient prélevés sur le budget national uniquement pour payer les intérêts de la dette, pour maintenir cette situation de « privilégiés », celle de se retrouver, à la fin de chaque année, avec exactement le même montant de dettes.

Il est incompréhensible que, chaque année, nous assistions aux mêmes menaces et chantage au déficit des finances publiques, alors que le véritable problème du pays est que le Portugal a une des plus lourdes dettes publiques et extérieures du monde.

Il est impensable de prolonger encore des années une dette publique insoutenable, en refusant d’ouvrir des négociations sur ses termes, ses intérêts et son montant, ce que le PCP propose depuis longtemps, et ce qui peut et doit être articulé avec une libération du pays de la soumission à l’euro.

Les élections locales de 2017 constituent une bataille politique importante que le Parti sera appelé à mener. Elles se tiendront à un moment très significatif :

  • Le moment d’affirmer et de renforcer la CDU [Coalition démocratique unitaire, coalition électorale conduite par le PCP – NdT] comme un espace de participation unitaire et de réalisation de la convergence démocratique, facteur du renforcement de la base de la lutte pour une alternative politique ;
  • Le moment de prouver notre capacité, déjà reconnue, à gérer, à s’engager pour les intérêts des populations et à répondre à leurs problèmes, en affirmant le PCP et la CDU comme une force capable d’assumer toutes les responsabilités que les travailleurs et le peuple voudront leur confier.
  • Le moment d’affirmer notre place singulière dans d’exercice du pouvoir, en mettant en avant notre honnêteté et notre compétence reconnues comme une valeur qui pèse et qui pèsera sur le choix de tous ceux qui ne renoncent pas à ces valeurs dans la vie politique nationale ;
  • Le moment pour progresser et avancer, pour confirmer des majorités [dans les assemblées locales] et pour conquérir de nouvelles positions et de nouveaux mandats, avec un renforcement électoral et politique, en octobre prochain, qui donnera l’influence nécessaire et indispensable au PCP, force politique nécessaire et indispensable, qui pourra peser, de ce fait, de façon plus décisive, dans la vie politique nationale.

Camarades et amis,

Le congrès a affirmé et réaffirmé notre identité de parti de la classe ouvrière, de tous les travailleurs, indépendamment de l’influence, des intérêts de l’idéologie et de la politique des forces du capital.

Il a confirmé et réaffirmé nos objectifs suprêmes, la construction du socialisme et du communisme, une société délivrée de l’exploitation et de l’oppression capitalistes.

Il a confirmé et réaffirmé notre base théorique, le marxisme-léninisme, la conception matérialiste et dialectique du monde, qui constitue un outil d’analyse, un guide pour l’action et une idéologie critique et transformatrice, ses principes de fonctionnement découlant d’un développement créatif du centralisme démocratique, basé sur une profonde démocratie interne, sur une orientation générale unique et une direction centrale unique.

Il a confirmé et réaffirmé que ce parti ne s’épargnera aucun effort, aucun travail, visant à défendre et conquérir des droits, à améliorer les conditions de vie des travailleurs et du peuple, en ayant toujours à l’horizon, comme le but suprême qui anime et justifie notre raison d’être et de lutter : la société libérée de l’exploitation de l’homme par l’homme.

Au début de ce congrès, nous avions dit que nous allions partir du présent pour penser le futur, un futur incertain devant la crise du capitalisme et la réponse impérialiste, agressive et belliqueuse, devant la crise dans l’Union européenne et celle de l’Union européenne qui continue de renvoyer à plus tard ses problèmes qui enflent. Incertitude aussi au niveau national devant la contradiction que les contraintes et directives extérieures font peser sur avancées sociales nouvelles.

Mais qui d’autre que ce parti, qui n’a jamais eu la vie facile, qui a été aguerri par tant de luttes, qui n’a jamais été découragé par les reculs et les défaites, qui n’a jamais relâché ses efforts après des avancées ou des victoires, qui d’autre que ce parti peut affirmer sa confiance dans les travailleurs, dans notre peuple, sa confiance dans notre patrie souveraine ?

La concrétisation du projet fascinant et de l’objectif pour lequel nous luttons, ce rêve millénaire de l’homme libéré de l’exploitation par un autre homme, de ce projet et de cet idéal qui nous ont amenés vers ce parti, se matérialisera peut-être après notre mort.

Mais c’est notre époque, le temps de faire, d’agir et de lutter pour ce projet et cet idéal. Rendons-les plus proches, rendons-les possibles !

Vive la lutte des travailleurs et du peuple !

Vive la solidarité internationaliste !

Vive la jeunesse et la Jeunesse communiste portugaise !

Vive le 20ème congrès !

Vive le Parti communiste portugais !

Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans International
commenter cet article
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 08:55

 

APPEL DE LA 18ème RENCONTRE INTERNATIONALE DES PARTIS COMMUNISTES ET OUVRIERS

Hanoï, 30 octobre 2016 (traduction, depuis l’anglais, par ML pour « Solidarité internationale PCF – vivelepcf »).

La 18ème Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers s'est tenue du 28 au 30 octobre 2016 à Hanoï, capitale de la République socialiste du Vietnam, sur le thème : "La crise capitaliste et l'offensive impérialiste- Stratégie et tactiques des partis communistes et ouvriers dans la lutte pour la paix, les droits des travailleurs et des peuples et le socialisme".

Après avoir discuté de la situation du monde et des défis grandissants auxquels sont confrontés l'Humanité, les nations, les travailleurs et les peuples de nombreux pays, particulièrement de l'aggravation de la crise socio-économique et environnementale, de l'insécurité croissante et de l'instabilité dans de nombreuses parties du monde, causées par le capitalisme, par l’approfondissement de sa crise et par les interventions impérialistes, la politique d'ingérence et les machinations qui ont poussé à l'émergence du soi-disant «ISIS» et d’autres forces extrémistes criminelles, ainsi qu’aux crises des réfugiés :

  • Nous soulignons que le socialisme est la seule alternative réelle aux crises en cours économique, sociale et écologique, à l'exploitation capitaliste et à la barbarie;
  • nous saluons les luttes des peuples et des travailleurs dans toutes les parties du monde contre le capitalisme et l’agression impérialiste, pour les droits des travailleurs, les droits sociaux et démocratiques, l'égalité des sexes, l'indépendance nationale et la souveraineté, la paix et le socialisme ;
  • nous insistons sur la signification historique de la Grande Révolution Socialiste d'Octobre en Russie dans le contexte du 100ème anniversaire en 2017.

Encouragés par les réalisations et les expériences de lutte et de coopération entre partis communistes et ouvriers, ces dernières années, nous appelons les partis communistes et ouvriers à développer leurs actions communes et convergentes sur les axes suivants:

  • Intensifier les travaux théoriques et pratiques et les échanges sur la construction du socialisme au 21ème siècle ;
  • Travailler ensemble en vue de la commémoration commune du 100ème anniversaire de la Grande Révolution socialiste d'Octobre pour mettre en lumière sa signification historique ouvrant la voie à une nouvelle période dans l'histoire humaine, la contribution du socialisme à l’avancée de la lutte des travailleurs et des peuples pour leur émancipation, et le besoin de renforcer la lutte pour la paix, le progrès social et le socialisme ;

Organiser diverses initiatives en liaison ;

  • Commémorer le 150ème anniversaire de la publication du Capital par Karl Marx ;
  • Promouvoir l’échange sur les stratégies et les tactiques, l’échange d’expériences pour renforcer le combat contre toutes les formes de domination et d’offensive idéologiques et politiques capitalistes, pour renforcer les partis communistes et ouvriers et pour faire monter la mobilisation des travailleurs et des masses, particulièrement la jeunesse, les étudiants et les femmes, dans les luttes anti-impérialistes, pour l'emploi, les droits sociaux, syndicaux et démocratiques et pour le socialisme ;
  • Renforcer les actions pour défendre les libertés et les droits démocratiques, contre l'anticommunisme et toutes les formes de discrimination, pour exprimer la solidarité avec les communistes en Ukraine et dans d’autres pays qui font face à la persécution et à des interdictions de leur activité, en organisant, de préférence dans la semaine du 5 au 11 Mai 2017, des initiatives contre le fascisme et le néonazisme à l'occasion de l'anniversaire de la victoire sur le fascisme nazi (9 mai 1945);
  • Elargir le front anti-impérialiste pour faire progresser la lutte pour la paix, contre l'occupation impérialiste, les interventions et les ingérences dans les affaires d’autres pays, contre l'OTAN et son expansion, contre les armes nucléaires, la militarisation et les bases militaires à l’étranger, pour un règlement pacifique et juste de tous les conflits basé sur les principes du droit international;
  • Intensifier les actions pour exiger la levée du blocus des Etats-Unis contre Cuba, pour soutenir le droit du peuple palestinien à un Etat libre, souverain et indépendant et pour exprimer la solidarité avec tous les peuples d'Asie, du Moyen-Orient, d'Afrique, d'Amérique Latine et d'Europe confrontés à l'occupation, l'intervention, l'ingérence et au blocus impérialistes.

Enfin, les partis communistes et ouvriers participants remercient le Parti communiste et le peuple du Vietnam pour leur hospitalité et réitèrent leur soutien de longue date, inébranlable, et leur solidarité avec le peuple vietnamien dans la construction et la défense d’un pays socialiste.

Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans International
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pcfmanteslajolie
  • Le blog de pcfmanteslajolie
  • : Le blog des communistes de Mantes la Jolie
  • Contact

Recherche

Articles Récents