Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 07:42

Vous trouverez ci-dessous le sommaire de la 114° lettre d'informations municipales (juillet et août) de notre élu (cliquez sur le lien pour retrouver l'intégralité de cette lettre).

 

Au menu:

  • Edito: "Acteurs !"
  • Informer les Mantais
  • Décès de Monsieur Ali Berka: hommage
  • Parking payant à l'hôpital de Mantes: une fausse bonne idée
  • Emprunts toxiques: une facture de plus de 12 millions d'euros
  • Sénégal. 8 micro-projets financés
  • Une toute petite fête de Gassicourt

 

Je vous en souhaite bonne lecture et me tiens à votre disposition pour davantage d'informations.

 

Bien à vous,

 

Marc Jammet

Conseiller municipal PCF

 

A noter. Le prochain conseil municipal a été avancé du 3 juillet 20h30 au 30 juin 19h00. En impression à ce moment, cette lettre d'informations n'a pu en tenir compte.

Repost 0
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 06:19

Nous nous permettons de vous donner à voir le dernier numéro en date de notre publication locale qui sera distribuée dans les lieux publics et dans les boîtes aux lettres du canton.

 

Au menu:

 

Notre dossier (pages 1, 2 et 3). L'Europe barbelés NON. Solidarité internationale OUI.

 

L'édito d'Armelle Hervé (page 1). Combattre vraiment l'extrême-droite

 

Les brèves (pages 2 et 3). Front populaire interdit de séjour à Rosny-sur-Seine, Place ouverte mais amende ferme et cachez-moi ces pauvres à Mantes-la-Ville, la GPS&O aime recevoir, 5 millions de demandeurs d'emplois, malades mentaux armés aux USA, trois fois plus de milliardaires en France, la commande publique en baisse due principalement aux collectivités territoriales, la maire de Calais a tenté d'interdire l'aide aux migrants, la commission européenne n'aime pas le logement social.

 

Contre la fermeture du bureau de Poste à Mantes-la-Ville (page 4)

 

Eric Roulot, candidat du PCF? Nous ne sommes pas engagés (page 4)

 

Marché du Val-Fourré. 750.000 euros perdus pour les Mantais (billet de Marc Jammet, page 4)

Cliquez ci-dessus pour ouvrir le fichier en pdf.

Mantes-la-Jolie. L'OPINION DES COMMUNISTES (Numéro 77)
Mantes-la-Jolie. L'OPINION DES COMMUNISTES (Numéro 77)
Mantes-la-Jolie. L'OPINION DES COMMUNISTES (Numéro 77)
Mantes-la-Jolie. L'OPINION DES COMMUNISTES (Numéro 77)
Repost 0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 07:54

Le projet de la retenue ou prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu est dangereux à plus d’un titre pour les salariés et pour l’Etat ...

Qu’est-ce que la retenue à la source ?

La retenue à la source, ce serait votre impôt sur le revenu prélevé directement sur votre salaire. Votre patron retiendrait tous les mois votre impôt sur le revenu à partir d’un taux forfaitaire que lui donnerait le fisc. Il reverserait au trésor public tous les mois, tous les trimestres ou deux fois par an.

Tout le monde n’est pas concerné de la même façon : c’est discriminatoire !

Seuls les revenus salariaux ou de remplacement (pensions de retraite, chômage…) seraient soumis à la retenue à la source.

Les professions commerciales, libérales et artisanales en seraient dispensées. Elles déterminent elles-mêmes leurs revenus. Les revenus fonciers seraient aussi exclus du dispositif.

Il s’agit d’un traitement discriminatoire des contribuables français qui est inacceptable !

Aucune simplification pour le contribuable, il faudrait toujours déposer une déclaration d’impôt :

Le contribuable continuerait de remplir sa déclaration de revenu comme actuellement. Cette formalité est liée à la personnalisation de l’impôt sur le revenu (situation de famille, autres revenus non salariaux, déductions…). La déclaration resterait nécessaire pour établir le montant de l’impôt dû.

Dangers de la retenue à la source :

La retenue de votre impôt sur le revenu serait déduite du salaire net par l’employeur. Elle serait établie à partir d’un taux déterminé. Ce taux appliqué serait fixe et calculé sur la moyenne d’imposition de l’année précédente.

- Ces prélèvements ne seront pas, contrairement à la publicité gouvernementale, d’une adaptabilité rapide de la situation du contribuable ;

- Le prélèvement à la source ne permettra pas l’ajustement des prélèvements en temps réels alors que le système actuel de paiement auprès de l’administration fiscale permet de moduler les prélèvements (mensuels, tiers prévisionnels), voire de demander des délais de paiement en cas de difficultés.

Les délais de paiement disparaissent de fait ;

- Le taux qui sera donné par l’administration au patronat ne tiendra pas compte des réductions et des crédits d’impôts (frais de garde d’enfant, cotisations syndicales, dons aux œuvres, frais de scolarité, etc).

Ces crédits et réductions d’impôts vous seront remboursés ultérieurement. C’est une sérieuse dégradation par rapport au système actuel.

Par exemple, un salarié redevable de 1000 euros d’impôt, avant crédit ou réduction, et disposant d’un crédit d’impôts de 1000 euros (donc non imposable au final) sera prélevé à la source de 1000 euros l’année n et devra attendre septembre de l’année n+1 (soit 21 mois d’attente !) pour être remboursé des 1000 euros du crédit d’impôt. Les contribuables feront donc l’avance de trésorerie à l’état. Les prélèvements seront supérieurs aux actuelles mensualités.

- La confidentialité des revenus de votre foyer n’est plus garantie. A partir du taux de prélèvement qu’il devra appliquer à votre salaire, votre employeur connaîtra le niveau de revenu de votre ménage.

Quid des conséquences sur vos demandes d’augmentation de salaire ou amélioration des conditions de travail ?

- Le taux « neutre » pour lequel vous pouvez opter, n’est pas si neutre que cela : l’administration vous l’imposera et sera obligatoirement et nécessairement en relation avec vos revenus.

- Un jeune travailleur ou un précaire non imposable sera prélevé dès son premier euro de salaire. Il devra attendre un remboursement a posteriori.

Avec la retenue à la source, quoi qu’il arrive, les salariés auront payés leurs impôts, peu importe qu’ils ne puissent plus payer leur loyer ensuite !

 

La retenue à la source attaque

gravement la sûreté du budget de l’Etat :

 

L’impôt sur le revenu est actuellement recouvré par l’administration fiscale à 99%.

Non seulement la retenue à la source ne présente aucun avantage en matière de rentrées budgétaires, mais elle l’attaque frontalement.

En effet, le gouvernement connaît parfaitement les difficultés à faire reverser par les patrons les cotisations sociales prélevées sur nos salaires et la TVA que nous payons à chaque achat (tous les ans, 15 milliards d’euros de TVA ne sont pas versés à l’Etat). Nous avons la certitude d’une dégradation de recouvrement de l’impôt liée aux risques de défaillance des entreprises par rétention de trésorerie, fraude, faillites…

De plus, les grandes entreprises déjà faiblement imposées pourront utiliser le délai de reversement de l’impôt sur le revenu au Trésor Public pour des placements rentables orientés sans doute vers l’optimisation fiscale de leur impôt sur les sociétés.

 

La retenue à la source préfigure la fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG et annonce la disparition de l’impôt progressif plus juste.

 

La fusion IR-CSG contre nos droits de contribuables et d’assurés sociaux :

Le prélèvement à la source rapproche inévitablement l’impôt sur le revenu (IR) de la Contribution sociale généralisée (CSG), déjà prélevée à la source et affectée jusqu’à aujourd’hui exclusivement au financement de la Sécurité Sociale.

Or, la fusion de l’IR et de la CSG dans un prélèvement unique à la source figurait déjà dans le programme du candidat Hollande.

- Cette fusion signerait la fin de l’impôt progressif et du quotient familial et permettrait à l’Etat de faire main basse sur le budget de la Sécurité Sociale, l’argent des assurés basculant ainsi sur le budget de l’Etat.

La fiscalisation du financement de la Sécurité Sociale se traduirait par la fin de nos droits d’assurés sociaux.

- Le prélèvement à la source serait le cheval de Troie qui permettrait la casse de tout l’édifice de notre système de protection sociale.

- Danger sur l’existence et la pérennité des services des finances publiques de proximité avec les 37 000 emplois déjà supprimés et les 1800 à venir pour 2017.

 

 

 

 

Retenue à la source de l'impôt sur le revenu. Attention. Danger.
Retenue à la source de l'impôt sur le revenu. Attention. Danger.

Le tract à télécharger en PDF

Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans Impôts Tracts
commenter cet article
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 15:02

Prélèvement à la source

Privatisation du recouvrement de l’impôt sur le revenu, selon la CGT Finances

mercredi 28 septembre 2016[]

Le 28 septembre 2016 le gouvernement va valider son projet de loi de Finances pour 2017 relatif au prélèvement à la source. Le 9 septembre 2016 la CGT Finances Publiques 13 a remis la lettre ci joint au premier ministre lors de son passage à Marseille.

La CGT Finances Publiques reste plus que jamais totalement opposée à cette privatisation du recouvrement de l’impôt sur le revenu. L’urgence n’est pas de casser un système de recouvrement qui marche (le taux de paiement des particulier est proche de 99 % !) mais d’être cohérent.


Les impôts locaux sont ceux qui ont le plus augmenté ces dernières années, à tel point que beaucoup de citoyens même non imposables à l’IR les paient.

La taxe d’enlèvement des ordures ménagères, en particulier, payée par tous les occupants (propriétaires ou locataires) d’un appartement (y compris parking !) ou maison est notoirement injuste .

De plus les bases d’impositions, calculées sur des éléments datant de baux de 1966 sont totalement obsolètes (à titre d’exemple les 3 secteurs locatifs sur Marseille !). 
La révision de ces bases qui devait intervenir quinquennalement depuis 1975 n’a jamais pu être menée faute de moyens.

Le personnel politique, de gauche comme de droite, de nombreux rapports sur la fiscalité locale font depuis des années le constat de l’incurie de la fiscalité locale.

Plutôt que de mettre en œuvre l’usine à gaz d’un prélèvement à la source inutile et dangereux, les dossiers sur une vraie réforme fiscale (donc des impôts locaux), pour plus de justice sociale, auraient du être la priorité.

Quoi qu’en dise le gouvernement, le secret de la vie privée ne sera plus respecté avec ce nouveau système. Bien entendu le contribuable pourra demander le taux « neutre » mais l’employeur pourra suspecter que son employé cache quelque chose !

De plus, le gouvernement met en place la discrimination entre salarié et professions indépendantes (professions libérales, artisans etc)

Pour vendre aux entreprises son projet, Christian Eckert annonçait sur Europe 1 le 1er Aout 2016 : le prélèvement à la source sera un « gain de trésorerie » : « elles vont pouvoir, pendant plusieurs semaines, parfois même plusieurs mois, conserver de la trésorerie qu’elles reverseront ensuite au trésor public ». Et pour le salarié le gain de trésorerie ?

La charge administrative sera considérablement alourdie pour le secteur économique à forte main d’œuvre ou si l’entreprise est de petite taille.

Enfin, pour des motifs économiques ou illicites l’employeur pourra ne rien reverser ! De graves conséquences pour la collectivité (voir ce qui se passe au niveau du difficile recouvrement de la TVA ).

les arguments du gouvernement pour la mise en œuvre du prélèvement :

- cela simplifie la vie du contribuable (comme un abonnement !) c’est faux : il faudra toujours faire une déclaration de plus, dans le fonctionnement actuel il est déjà possible de tenir compte des difficultés de la vie.

- « La France est le seul pays à ne pas pratiquer le prélèvement à la source en Europe ». L’exception ne doit être que culturelle ? C’est oublier que nous n’avons pas les mêmes bases de calcul de l’IR (notion de foyer fiscal, quotient familial, crédits ou réduction d’impôts comme par exemple la progressivité de l’impôt,etc....)

Le prélèvement à la source porte une grave atteinte à l’égalité du traitement fiscal des citoyens, à la vie privée et aux droits des salariés, à l’activité régalienne de l’Etat.

 

Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans Impôts Services publics
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 23:46

Le PS et 97% des députés ont torpillé la loi pour combattre l'évasion fiscale

En octobre 2015, un rapport parlementaire estime entre 40 et 60 milliards d'euros les bénéfices des entreprises qui échappent à l'impôt.

A la louche, car les avis autorisés parlent de beaucoup plus.

 

Mais bref, la majorité de l'Assemblée nationale étant socialo, afin de lutter contre cette évasion fiscale et pour permettre à leur pote François de l'Elysée d'être enfin le zorro contre la finance, un amendement socialo est déposé sous le numéro 340 par Valérie Rabault, députée PS et rapporteur général du budget à l'Assemblée nationale.

 

On allait voir ce qu'on allait voir: les multinationales gauloises devraient rendre publics chaque année chiffre d'affaires, bénéfices, nombre de filiales et d'employés à l'étranger, ainsi que le montant des impôts payés dans chacun des pays étrangers.

Cette transparence permettrait débusquer l'évasion fiscale en localisant les bénéfices des filiales dans les paradis fiscaux.

 

L'amendement 340 était adopté le 4 décembre 2015 en première lecture et il devait être confirmé en deuxième lecture dans la soirée du 15 décembre.

Or à 1h du matin, sur 577 députés rémunérés pour être des législateurs et pas pour autre chose, l'Assemblée nationale ne comptait que 55 présents.

Mais peu importe, une majorité était prête à voter ledit texte de loi.

 

Alors, une suspension de séance est demandé par le socialo Christian Eckert,secrétaire d'Etat au budget.

Des députés en profitent pour se carapater et n'auront pas plus de retenues sur solde.

D'autres reviennent de la buvette. Il y avait là sans doute une commission parlementaire chargée de comprendre son fonctionnement.

Re-bref: 46 présents dont 25 votent contre l'amendement.

Dès lors, il est rejeté.

 

Denis Dupré, dans un blog du Huffington Post du 6 janvier 2016, écrit:

 

"Christian Eckert, le ministre du budget, a fait voter l'amendement à 1h du matin.

Suite au résultat favorable à la transparence, il a demandé une suspension de séance puis après 40 minutes, il a décidé un second vote.

Pourquoi?

 

Marc Laffineur, un des auteurs du rapport parlementaire sur l'évasion fiscale... n'a pas voté.

Pourquoi?
 

Valerie Rabaud qui a déposé l'amendement 340... a voté contre.

Pourquoi?
 

Sebastien Denaja, député socialiste, a voté pour l'amendement au premier vote puis...contre au second vote.

Pourquoi?
 

Jean-Louis Dumont, député socialiste, est arrivé après la suspension de séance pour voter... contre l'amendement.

Pourquoi?

 

Cinq députés socialistes, Marie-Anne Chapdelaine, Jean Launay, Annie Le Houerou, Jacques Valax et Michel Vergnier, qui avaient voté pour la transparence fiscale lors du premier vote sont partis au moment de la suspension de séance et... n'ont pas voté au second vote.

 

C'est ballot ! Avec leurs 5 voix, le second vote aurait été favorable à la transparence !

 

A qui profite donc l'avortement de cet amendement ?

Pas à l'équilibre des finances de notre pays, ni à la transparence pour la justice fiscale..."

 

PAS MIEUX!

 Le PS et 97% des députés ont torpillé la loi pour combattre l'évasion fiscale
Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans Impôts
commenter cet article
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 18:18

Vous trouverez, ci-dessous, le bulletin d'informations municipales de notre élu communiste qui a rendu publiques nos propositions face au projet d'austérité de la droite municipale pour le prochain budget municipal.

Mantes-la-Jolie. Un budget d'austérité pour 2016
Mantes-la-Jolie. Un budget d'austérité pour 2016
Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans Mantes-la-Jolie Impôts
commenter cet article
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 04:05

Repris du blog de Marc Jammet, conseiller municipal PCF de Mantes-la-Jolie

 

Numéro 100 de ma letre d'informations municipales.

Au menu: Grand-Paris-Seine-Aval, le débat sur la laïcité à laquelle je participe le 10 octobre prochain, le compte-rendu succint du dernier conseil municipal de Mantes la Jolie.

 

Réunis en séminaire début septembre, les maires des 73 communes concernées et certains élus (tous n’avaient pas été invités) ont « planché » sur la nouvelle communauté d’agglomération que veut nous imposer le gouvernement.

 

A l’ordre du jour notamment, la fiscalité.

C’est que, si la CAMY ne lève pas d’impôts directs auprès des habitants, ce n’est pas le cas des autres collectivités territoriales aujourd’hui.

 

Auditionné (à quel prix ?), le cabinet de Monsieur Edouard JULLA va faire des propositions à chaque commune pour que la somme des impôts locaux (communauté et commune) n’augmente pas en octobre 2016.

En clair, comme la nouvelle communauté va lever une nouvelle ligne d’imposition locale, il va proposer aux communes de baisser leurs propres taux.

 

C’est séduisant MAIS … comment fera Mantes-la-Jolie qui n’arrive déjà plus à boucler son budget ?

 

Rassurez-vous. Son cabinet précise que, dans chaque commune, la majorité politique en place sera libre ou non de suivre cette proposition !!!!

Avec les élus qui ont le courage de s’opposer réellement à ce projet (comme Jean Delarue des Mureaux, Ghislaine Senée maire d’Evecquemont, Martine Chevalier maire d’Issou …), nous comptons bien poursuivre notre action.

Bien à vous

   Marc Jammet.

 

Samedi 10 octobre à 15h00.

Au local commun résidentiel

64 rue M. Braunstein à Mantes la Jolie

 

Avec mes amis de l’association UNE GAUCHE DEBOUT, nous avons le plaisir de vous inviter au débat que nous organisons sur le thème :

La laïcité ? La réhabiliter pour mieux vivre ensemble.

 
 
CONSEIL MUNICIPAL DU 6 JUILLET 2015.

 

47 délibérations (!) à l'ordre du jour, c'était le menu du Conseil municipal du lundi 6 juillet (comme toujours, le maire préfère attendre le début des congés d'été avant d'ajouter certains dossiers).

 

On aura tout d'abord appris les démissions de Madame Cécile DUMOULIN de sa fonction de première adjointe et de Frédéric BOURGAULT de sa fonction de maire-adjoint. Des déclarations de démission (bizarrement?) applaudies par l'ensemble de la majorité.

            Le Conseil municipal aura été aussi l'occasion de voir à quel point l'opposition de la droite au projet gouvernemental de grande communauté d'agglomération (Grand-Paris-Seine-Aval, 400.000 habitants, 73 communes) n'était que factice puisque la majorité de droite (LR, UDI, MODEM) et les élus socialistes ont approuvé à la fois le périmètre proposé et la mise en œuvre de la fusion des 6 intercommunalités actuelles. 

Une belle occasion pour une nouvelle pirouette de Pierre Bédier qui, après déclaré dans la presse tout le mal qu'il pensait de cette nouvelle intercommunalité, a expliqué doctement que son expérience à la CAMY aidant, "il ne croyait pas à l'intercommunalité" mais ... que « ce n'était pas parce qu'on doutait que cela ne se faisait pas ».

Il s'est donc prononcé "POUR" en refusant au passage ma proposition de consulter les citoyens ainsi que, "pour faire bonne mesure" l'instauration de pôles de proximité que certains avaient proposé (pour lui, les électeurs ne sont jamais sans doute trop loin des élus).

Autre point important à l'ordre du jour: la programmation de la destruction du Centre commercial principal (mais aussi des deux autres: Fragonard et Lavoisier) qui seraient remplacés par des immeubles comportant des commerces en leur rez-de-chaussées. Pourquoi des immeubles en plein Val-Fourré alors que la droite a cassé plus de 1.000 logements sociaux dans le quartier? Pour obtenir des financements. 

La majorité de droite a enfin approuvé une modification du budget qui prévoit 2,8 millions euros de dépenses "imprévues" et 700.000 euros supplémentaires pour payer les intérêts d'emprunts toxiques (en gros, l'augmentation annuelle des impôts locaux que paient les Mantais depuis 2010) ainsi que la modification du financement du Pavillon 5 de l'Ile Aumône afin de développer l'offre de salle pour ... si, si, ça ne s'invente pas ... pour le quartier des Peintres (Monsieur Sidi El Haimer affirmant même que l'Ile Aumône se situait à proximité du Val-Fourré - A la nage sans-doute mais passer par le pont rajoute tout de même quelques kilomètres).

 

 

CENTRES COMMERCIAUX DU VAL-FOURRE

Le Conseil municipal a voté leur destruction

C'était sans-doute la délibération la plus importante du Conseil municipal puisque le maire demandait au Conseil municipal d'approuver la destruction du Centre commercial principal et sa reconstruction partielle flanquée de 250 logements.

Un projet présenté par le maire, puis par Raphaël COGNET (adjoint au maire chargé du commerce) à la fois comme le tout début d'un "processus en toute transparence" et héritier "d'un travail commencé depuis longtemps appuyé sur plusieurs études" (sic!). 

 

Le tout appuyé par la "montée au créneau" de Pierre Bédier qui, en réponse à mon intervention, justifiait que la rénovation urbaine n'a jamais prévu la réhabilitation des centres commerciaux (des "réhabilitations cosmétiques") et reconnaissait qu'on "avait ajouté du logement pour obtenir les financements".

Quant à la concertation, il l'estime parfaite puisque tout se fait avec les partenaires de Mantes-en-Yvelines (les habitants du Val-Fourré qui n'ont pas même pas été informés et les commerçants à qui visiblement on n'a pas présenté le projet sous cette forme comme devait l'affirmer leur représentant, Radouane ATROUSSY, malgré les tentatives du maire pour l'empêcher de parler, apprécieront sans-doute).

J'ai pour ma part insisté sur la nécessité d'une opération lourde sur ce centre commercial (qui risque maintenant la fermeture) dans la concertation la plus large et rappeler lesresponsabilités écrasantes de la droite locale qui a laissé pourrir la situation pendant 20 ans.

 

Devant l'absence de réponses du maire à mes questions précises, j'ai refusé de participer au vote.

 

http://www.marcjammet.fr/2015/09/grand-paris-seine-aval-il-y-aura-bien-une-augmentation-des-impots.html​

"Grand-Paris-Seine-Aval". IL Y AURA BIEN UNE AUGMENTATION DES IMPÔTS.
"Grand-Paris-Seine-Aval". IL Y AURA BIEN UNE AUGMENTATION DES IMPÔTS.
Repost 0
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 20:03

coco Cliquez sur l'image pour retrouver le fichier.

 

Impôts : pourquoi cette grogne ?

Parce que nous croulons sous  les prélèvements de toutes sortes et que, ce sont toujours les petits et les classes moyennes qui passent à la casserole. Les patrons, qui pleurent toujours, et les fortunés, sont bien moins imposés que nous !

L’impôt est nécessaire à la nation. C’est lui qui permet la construction des écoles, des routes et autoroutes, le financement de la santé, etc, etc. Cela ne veut pas dire que le produit de cet impôt doive servir à solder la dette de 4,5 milliards d’euros du Crédit Lyonnais (d’ailleurs empruntés sur les marchés financiers. Merci Mr Tapie !). Ni à céder les autoroutes construites avec nos deniers, à des sociétés privées qui en ramassent les dividendes. Ni à payer le produit de l’éco taxe via les fameux portiques, qui a été confié à une société privée, alors que c’est l’état qui doit lever l’impôt. Que les portiques fonctionnent ou pas, il va nous en coûter la bagatelle de 200 millions d’euros par an. Ce ne sont que quelques exemples, il y en a d’autres.

Et, pour en finir, les impôts étant très inégalitaires, il faut une refonte totale, pour répartir plus équitablement ce produit (plus de tranches, et faire rentrer dans celui-ci, des revenus qui lui échappent).

Alors, quand tout le monde sera imposé avec justesse et que l’on saura où vont nos impôts, on les paiera en ayant le plaisir de contribuer à ce que notre pays entame de grandes réalisations pour le bien-être de nos concitoyens. (Marie Llorente)

 

La Centrafrique vit une tragédie. Si 80% de ses 4 millions d’habitants vivent en - dessous du seuil de pauvreté, le pays est très riche en ressources naturelles (or, diamants, bauxite, uranium, phosphate et maintenant pétrole !). C’est la France, ancienne puissance coloniale, qui est le premier responsable de cette situation. Depuis 1960, elle fait et défait les dictatures, manipule LE pouvoir comme les rebelles. Elle a laissé pourrir la situation pour mieux légitimer une intervention militaire sous couvert « d’humanitaire » et « de lutte contre le terrorisme ». Laissons ENFIN les peuples africains décider de leurs propres choix ! Non à l’envoi de 1500 militaires français (pas plus pour les intérêts de la France que des Etats-Unis).

 

 

BANALISATION DU RACISME. ATTENTION, DANGER !

 

La « une » du torchon d’extrême-droite « Minute », comparant Christiane Taubira à un singe, a bien montré jusqu’où pouvait aller l’abjection.

Comme dans les années 30, qui ont vu la montée du fascisme sous fonds de crise économique, il s’agit avant tout de masquer les possibilités de s’en sortir en désignant des boucs émissaires.

Car les possibilités de s’en sortir existent mais elles exigent du courage : notamment celui de remettre en cause la toute-puissance du capitalisme qui ne raisonne qu’en terme de guerre économique et de compétition internationale. Comme le disait Jean Jaurès la veille de la première guerre mondiale : « le capitalisme porte la guerre comme la nuée engendre l’orage ».

S’en sortir, c’est donc prendre conscience que quelles que soient nos origines ou notre couleur de peau nous avons très majoritairement le même intérêt : celui de vivre décemment face à une petite minorité qui cherche à nous exploiter.

Tenter de cacher cette réalité, c’est donner du « grain à moudre » aux extrémistes de tous poils, c’est permettre à Marine Le Pen d’apparaître comme « présentable » alors qu’elle n’exploite que la peur et la haine de l’autre.

Non, on ne discute pas avec le Front national, on le combat ! En ayant le courage d’agir et de valoriser « le vivre ensemble ». (Marc Jammet)

 

PLUTOT QUE « Doit-on travailler les dimanches et jours fériés ? », LA QUESTION A SE POSER EST «  dans quelle société voulons-nous vivre ?

 

Sommes-nous assez égoïstes pour vouloir faire passer notre confort personnel (acheter à n’importe quelle heure, n’importe quel jour) au détriment du bien être de cette frange de salariés du commerce ?   Plus droit aux fêtes en famille, entre amis, car un jour férié ne peut remplacer  un jour ouvré, vous ne pouvez pas inviter les amis, la famille, car tout le monde travaille. 

Notre société capitaliste où la valeur première est l’argent, déshumanise les gens, conduit à l’individualisme, et, par conséquent, on trouve normal de voir ouvrir les grandes surfaces le jour de notre fête nationale (14 Juillet), les jours fériés, très tard la nuit. Dumoment que cela nous arrange, on ne pense pas à ceux qui sont là pour nous servir.

Le travail des jours fériés ne doit s’appliquer qu’aux professions  indispensables à la bonne marche de la nation et à la santé, moyennant contrepartie, bien entendu.

Les salariés de ces enseignes qui manifestent pour travailler un jour férié, seraient mieux inspirés de manifester pour une augmentation de leurs salaires, qui ne sont pas très élevés.  Cela résoudrait leurs problèmes de fins de mois difficiles et leur permettrait de passer plus de temps avec leurs familles. Il faut savoir, que, beaucoup parmi eux,  ont des contrats de 30 h, que, bon nombre d’étudiants y travaillent afin de payer leurs études.

Alors, à quand la fin des jours fériés pour tout le monde ? (Marie Llorente)

 

COLLEGE CHENIER : C’EST L’INTERET DES ELEVES QUI DOIT PRIMER !

 

Une équipe pédagogique motivée. Des parents mobilisés pour l’avenir de leurs enfants. Des effectifs en hausse depuis deux ans … Tous les facteurs sont réunis pour assurer le maintien d’un collège de proximité et des conditions d’enseignement pour les élèves du quartier et leur avenir. Sa fermeture n’est donc pas à l’ordre du jour !

Or depuis 2006, l’UMP Vialay-Bédier s’acharne à vouloir le fermer, le fusionner avec le collège Cézanne (ce qui reviendrait à terme à supprimer un établissement), et maintenant à le « transférer » à l’enseignement privé !

Pour asseoir une politique contraire aux intérêts des habitants, la technique utilisée est toujours la même : vous faites courir une rumeur. Vous entretenez les divisions entre quartiers au profit d’un clientélisme pour briser les poches de résistance. Vous multipliez les attaques contre les services publics pourtant garants de l’égalité d’accès et de traitement en leur sein – en l’occurrence celui de l’éducation nationale publique, gratuite, laïque – au profit d’établissements privés, confessionnels ou non.

Face à cela, « Les Chéniers » ont raison de se mobiliser contre la fermeture. Avec eux, la solidarité entre équipes pédagogiques, parents des différents collèges, population sera un point d’appui pour obtenir de larges mobilisations et le maintien de TOUS les collèges, sur notre ville. (Armelle Hervé)


LES PHILIPPINES : SOLIDARITE

Aussi vite qu’Haiyan a dévasté les Philippines, aussi vite il a disparu des médias. Tous ont relayé l’ampleur de la catastrophe où en à peine 2 heures ces vents de 300km/h, ces vagues de plusieurs mètres de haut ont réduit ces villes à un amas de débris divers. Tous ont parlé de l’aide d’urgence qui se mobilisait, de la difficulté à acheminer les premièrs secours aux 2,5 millions de sinistrés sur des routes impraticables et insécurisées. Neuvième pays mondial le plus touché par la tuberculose, aux vaccinations quasi inexistantes, des épidémies y sont à craindre.  Mais peu se sont attardés sur ces 7 107 îles de près de 500 millions d’habitants dont 28% vivent sous le seuil de pauvreté (0.42euros/jour/personne), 40% avec moins d’1,50 euros.

 Les Philippines, 2ème pays le plus vulnérable au monde aux catastrophes climatiques, subissent 22 typhons/an. En 2010, a été créé par les Occidentaux le Fond Vert pour le Climat (FVC) dont les caisses restent désespérément vides, les pays du Nord tentant de se dédouaner de leur engagement. En 2012, le Philippin Naderev Sano, suite au cyclone Bopha implorait «SVP plus de retard plus d’excuses», en 2013, rien n’a changé, alors AIDONS  LES. (Aline Cauvin)

Informez-vous à la source sur notre blog è

http://pcfmanteslajolie.over-blog.com

Repost 0
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 18:30

Au menu: l'hôpital de Mantes la Jolie et la réouverture de la cardiologie interventionnelle publique, l'élection présidentielle au Vénézuela, les impôts locaux, le gaspillage de milliards d'euros en Europe, les coupes sombres dans l'aide aux plus démunis, la crise pour certains mais pas pour tous.

Notre petit journal sera distribué à 10.000 exemplaires sur Mantes la Jolie - notamment lors de la rencontre avec les Mantais que nous organisons samedi 10 novembre de 15h00 à 17h00 au Centre commercial Mantes II (devant Val-Prim) de 15h00 à 17h00.

Vous trouverez, ci-dessous, ce journal.

Cliquez deux fois sur les images pour les agrandir.

pcf1

pcf2

Repost 0
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 18:20

Cette année les impôts locaux ont augmenté de 1,2 %. … mais par rapport à une somme qui a déjà augmenté, en deux ans, de plus de 30 %.

C’est devenu insupportable.

Il est urgent de remettre en cause les choix désastreux de la droite locale en faveur des promoteurs immobiliers.

Il faut réaffecter ces sommes à la vie quotidienne des Mantais et à la baisse des impôts locaux.

Le rétablissement de l’abattement général à la base à 15 % entrainerait une diminution immédiate de 150 euros pour chaque contribuable !

 

Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans Mantes-la-Jolie Impôts
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pcfmanteslajolie
  • Le blog de pcfmanteslajolie
  • : Le blog des communistes de Mantes la Jolie
  • Contact

Recherche

Articles Récents