Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 08:47
Bonjour à toutes et à tous et bienvenue aux nouveaux signataires qui nous ont laissé leur adresse e-mail,
 
Nous étions comme chaque semaine devant La Poste hier, vous trouverez, ci-dessous le décompte des pétitions signées et premiers retours des pétitions signées dans les commerces environnants .
 
Au total aujourd’hui: 443 signatures
pétitions recueillies directement par les militants: 385
Par Internet: 9
Boite postale: 49
 
A noter, les nombreux retours de pétitions signées dans les commerces environnants - que nous tenons à remercier.
Et notre action commence à porter ses fruits!
 
Il en est ainsi du maire de Mantes-la-Ville qui, après s'être tu, a fini par reconnaître qu'il était informé depuis plusieurs mois de cette fermeture, puis qu'il la justifiait avant - aujourd'hui - de rassurer les personnes âgées en leur promettant des minibus pour aller à La Poste route de Houdan (preuve donc que le relais au Carrefour contact ne remplacera pas le bureau de Poste).
 
Bien entendu, les promesses du maire FN n'engage que celles et ceux qui veulent bien y croire mais elles sont la preuve de la mise en difficulté de ce dernier pour faire avaler des couleuvres aux Mantevillois.
 
Si vous le souhaitez et le pouvez (même juste pour nous dire bonjour et discuter avec nous) , on remet ça d'abord dimanche prochain - dimanche 14 mai de 10h00 à 11h30 - au marché de Mantes-la-Ville (devant les barrières à la hauteur du Tabac) puis, comme d'habitude, lundi ==> lundi 15 mai de 14h00 à 15h30 devant La Poste Jean Jaurès.
 
Amicalement,
 
Marc Jammet
 
Repost 0
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 06:00
Le Courrier de Mantes. 26 avril 2017

Le Courrier de Mantes. 26 avril 2017

Pour le maire FN de Mantes-la-Ville « la fermeture de La poste n’est pas un problème ».

 

Le problème justement, c’est que c’en est un pour les Mantevillois!

 

Et, ce faisant, le maire FN jette le masque: oui, il soutient le processus de privatisation de La Poste.

 

 

 

Il a menti ! … Et il ment !

 

 

 

Il a menti par omission.

 

 

 

Cela fait plusieurs mois qu’en tant que maire, il a été informé du projet de fermeture du bureau de poste.

 

Et cela d’autant plus que la Ville est propriétaire des locaux (qu’elle laisse se dégrader).

 

Comment se fait-il qu’il ait fallu attendre que les communistes rendent publique la fermeture envisagée pour que La Poste puis le maire FN finissent par avouer leur mauvais coup en préparation?

 

Pourquoi ne pas avoir informé les Mantevillois?

 

Pour mettre ces derniers devant le fait accompli? Pour privilégier une éventuelle opération immobilière en lieux et places de La Poste et du Club de l’Amitié?

 

 

 

Il ment!

 

 

 

Quand il reprend un à un les arguments du gouvernement actuel et de la direction de La Poste.

 

 

 

NON, l’ouverture d’un point-relais au Carrefour Contact ne sera pas un gain.

 

 

 

===> Ni pour les salariés de ce commerce qui devront effectuer des tâches supplémentaires.

 

===> Ni pour les usagers qui ne pourront plus ouvrir de compte à la Banque postale, ni retirer de l’argent, ni bénéficier d’une boite postale, ni faire établir de procurations financières ou postales, ni faire prendre en compte des réclamations …

 

Qu’en sera-t-il également de la confidentialité des opérations postales (lettre AR notamment) à laquelle La Poste est tenue mais pas les commerces privés?

 

 

 

Il ment encore quand il feint d’oublier que, cette année et au plan national, une subvention de 174 millions d’euros a été accordée à La Poste pour qu’elle maintienne des bureaux de proximité.

 

 

 

En participant ainsi à une véritable « omerta » contre les conséquences locales d’une directive européenne (la privatisation et la mise en concurrence des activités postales), en défendant ensuite ce projet avec « la rage d’un maquignon », c’est l’hommage du vice à la vertu que le maire FN rend aux communistes de Mantes-la-Jolie.

 

 

 

Ne lui en déplaise, nous appelons les Mantevillois à ne pas se laisser duper et à signer massivement la pétition que nous leur proposons.

 

 

 

PCF Section de Mantes-la-Jolie

 

30 avril 2017

La Poste à Mantes-la-Ville. Le maire FN se dévoile
La Poste à Mantes-la-Ville. Le maire FN se dévoile

Cliquez sur le lien ci-dessus pour retrouver le fichier en pdf

Repost 0
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 06:42

Nous vous prions de trouver, ci-dessous et en pièces jointes, la déclaration des communistes de la section de Mantes-la-Jolie au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle.

 

Il sera notamment disponible sur les deux points de vente du Muguet des communistes lundi 1° mai au matin Centre commercial principal du Val-Fourré (devant le café "Chez Michel") et centre commercial de la ZAC Henri IV.

 

Election présidentielle. Deuxième tour.

Pas une voix pour

le Front national !

 

 

Le 23 avril dernier, pour la deuxième fois depuis 2002, le Front national a profité de la Constitution qui n’autorise que deux candidats à rester en lice pour le deuxième tour.

 

 

Cette « qualification » annoncée (voire « espérée » par les soutiens du capitalisme) depuis des mois ne doit pas nous faire oublier le danger constitué par ce parti et qui ne doit surtout pas être banalisé.

 

POUR LE DEUXIEME TOUR, PAS UNE VOIX

D’UN DES CANDIDATS déclarés A GAUCHE AU PREMIER TOUR

NE DOIT SE PORTER SUR LE FRONT NATIONAL.

 

Communistes, depuis toujours, nous faisons partie des adversaires les plus résolus de l’extrême-droite.

Nous ferons tout pour l’empêcher d’accéder au pouvoir que ce soit dans quelques jours ou dans les prochaines années.

 

Car cette montée de l’extrême-droite ne doit rien au hasard.

 

Elle a été préparée par une stratégie visant à toujours mettre en place la même politique antisociale que ce soit par la droite ou par « la gauche » comme l’a démontré le quinquennat de François Hollande.

 

Et c’est dans cette logique que la candidature Emmanuel Macron du « ni droite ni gauche » a été construite avec l’appui à peine masqué du MEDEF mais aussi de François Hollande et de son ministre du « 49-3 », Manuel Valls.

 

Une candidature qui, pour eux, a l’énorme avantage de tenter « de faire avaler » aux citoyens la construction européenne, la baisse généralisée des salaires, la « loi Travail » et la mise en concurrence des salariés entre eux …

 

C’est cette politique qui fait quotidiennement le lit du Front national en accumulant les rancœurs et en masquant les repères politiques.

 

L’histoire nous a déjà montré que le capitalisme n’hésite pas à avoir recours au fascisme lorsqu’il en éprouve le besoin.

 

COMBATTRE TOUS LES JOURS LES IDEES DU FRONT NATIONAL,

PAS UNE FOIS TOUS LES 5 ANS !

 

Hurler « tous pourris » ou « qu’ils dégagent tous ! » ne fera jamais un projet progressiste pour changer la société.

 

Communistes, nous luttons pour une augmentation significative des salaires, des retraites, des minimas sociaux.

Nous agissons pour la préservation et le développement des services publics (dont le parti de la milliardaire Le Pen approuve localement la casse comme La Poste à Mantes-la-Ville).

 

Nous nous opposons à la construction européenne actuelle, non pas « parce que la France serait agressée par les autres pays », mais parce que cette Europe veut éloigner le pouvoir des populations, empêcher toute perspective politique progressiste au seul profit des multinationales.

 

Face aux gouvernants, face aux patrons, nous tendons la main aux salariés français ou étrangers : mêmes patrons, mêmes combats !

 

Bien loin de promouvoir l’égoïsme et le repliement sur soi, nous nous prononçons pour une politique de paix, la construction de coopérations mutuellement avantageuses entre pays (européens ou non), contre la spéculation internationale qui place hors de portée d’une majorité des populations le simple droit de se nourrir, pour la construction de liens de solidarité avec les migrants chassés de leurs pays par la famine et la guerre …

 

Ce projet progressiste ne pourra dépendre que d’un développement des luttes dans les entreprises qui construira un nouveau rapport de forces entre l’immense majorité des salariés d’un côté, le patronat, la droite et son extrême de l’autre.

 

C’est ce pour quoi les communistes agissent aujourd’hui et agiront demain.

 

Et ils vous invitent à les rejoindre dans ce combat en utilisant le bulletin d’adhésion ci-dessous.

 

Election présidentielle. Deuxième tour.  Pas une voix pour  le Front national !
Election présidentielle. Deuxième tour.  Pas une voix pour  le Front national !

Pour retrouver le fichier en pdf, cliquez ci-dessus

Election présidentielle. Deuxième tour.  Pas une voix pour  le Front national !
Election présidentielle. Deuxième tour.  Pas une voix pour  le Front national !
Repost 0
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 08:17

Lundi 20 mars dernier, les communistes de la section de Mantes-la-Jolie ont commencé à alerter les usagers sur la fermeture programmée de leur bureau de poste et mis à leur disposition une pétition que chacun peut signer et faire signer autour de lui.

Cette pétition sera remise aux autorités publiques et de La Poste.

Cette pétition (voir texte ci-dessous) peut être signée:

Le texte de la pétition.

Je me prononce CONTRE la fermeture du bureau de poste de la rue Jean Jaurès à Mantes-la-Ville.

J’exige le maintien et la rénovation sérieuse du bureau de poste, l’embauche et la formation des agents nécessaires à son bon fonctionnement évitant ainsi les fermetures intempestives.

 

MANTES-LA-VILLE. Une pétition pour le maintien et la modernisation du bureau de poste Jean Jaurès.
Repost 1
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 07:54

Le projet de la retenue ou prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu est dangereux à plus d’un titre pour les salariés et pour l’Etat ...

Qu’est-ce que la retenue à la source ?

La retenue à la source, ce serait votre impôt sur le revenu prélevé directement sur votre salaire. Votre patron retiendrait tous les mois votre impôt sur le revenu à partir d’un taux forfaitaire que lui donnerait le fisc. Il reverserait au trésor public tous les mois, tous les trimestres ou deux fois par an.

Tout le monde n’est pas concerné de la même façon : c’est discriminatoire !

Seuls les revenus salariaux ou de remplacement (pensions de retraite, chômage…) seraient soumis à la retenue à la source.

Les professions commerciales, libérales et artisanales en seraient dispensées. Elles déterminent elles-mêmes leurs revenus. Les revenus fonciers seraient aussi exclus du dispositif.

Il s’agit d’un traitement discriminatoire des contribuables français qui est inacceptable !

Aucune simplification pour le contribuable, il faudrait toujours déposer une déclaration d’impôt :

Le contribuable continuerait de remplir sa déclaration de revenu comme actuellement. Cette formalité est liée à la personnalisation de l’impôt sur le revenu (situation de famille, autres revenus non salariaux, déductions…). La déclaration resterait nécessaire pour établir le montant de l’impôt dû.

Dangers de la retenue à la source :

La retenue de votre impôt sur le revenu serait déduite du salaire net par l’employeur. Elle serait établie à partir d’un taux déterminé. Ce taux appliqué serait fixe et calculé sur la moyenne d’imposition de l’année précédente.

- Ces prélèvements ne seront pas, contrairement à la publicité gouvernementale, d’une adaptabilité rapide de la situation du contribuable ;

- Le prélèvement à la source ne permettra pas l’ajustement des prélèvements en temps réels alors que le système actuel de paiement auprès de l’administration fiscale permet de moduler les prélèvements (mensuels, tiers prévisionnels), voire de demander des délais de paiement en cas de difficultés.

Les délais de paiement disparaissent de fait ;

- Le taux qui sera donné par l’administration au patronat ne tiendra pas compte des réductions et des crédits d’impôts (frais de garde d’enfant, cotisations syndicales, dons aux œuvres, frais de scolarité, etc).

Ces crédits et réductions d’impôts vous seront remboursés ultérieurement. C’est une sérieuse dégradation par rapport au système actuel.

Par exemple, un salarié redevable de 1000 euros d’impôt, avant crédit ou réduction, et disposant d’un crédit d’impôts de 1000 euros (donc non imposable au final) sera prélevé à la source de 1000 euros l’année n et devra attendre septembre de l’année n+1 (soit 21 mois d’attente !) pour être remboursé des 1000 euros du crédit d’impôt. Les contribuables feront donc l’avance de trésorerie à l’état. Les prélèvements seront supérieurs aux actuelles mensualités.

- La confidentialité des revenus de votre foyer n’est plus garantie. A partir du taux de prélèvement qu’il devra appliquer à votre salaire, votre employeur connaîtra le niveau de revenu de votre ménage.

Quid des conséquences sur vos demandes d’augmentation de salaire ou amélioration des conditions de travail ?

- Le taux « neutre » pour lequel vous pouvez opter, n’est pas si neutre que cela : l’administration vous l’imposera et sera obligatoirement et nécessairement en relation avec vos revenus.

- Un jeune travailleur ou un précaire non imposable sera prélevé dès son premier euro de salaire. Il devra attendre un remboursement a posteriori.

Avec la retenue à la source, quoi qu’il arrive, les salariés auront payés leurs impôts, peu importe qu’ils ne puissent plus payer leur loyer ensuite !

 

La retenue à la source attaque

gravement la sûreté du budget de l’Etat :

 

L’impôt sur le revenu est actuellement recouvré par l’administration fiscale à 99%.

Non seulement la retenue à la source ne présente aucun avantage en matière de rentrées budgétaires, mais elle l’attaque frontalement.

En effet, le gouvernement connaît parfaitement les difficultés à faire reverser par les patrons les cotisations sociales prélevées sur nos salaires et la TVA que nous payons à chaque achat (tous les ans, 15 milliards d’euros de TVA ne sont pas versés à l’Etat). Nous avons la certitude d’une dégradation de recouvrement de l’impôt liée aux risques de défaillance des entreprises par rétention de trésorerie, fraude, faillites…

De plus, les grandes entreprises déjà faiblement imposées pourront utiliser le délai de reversement de l’impôt sur le revenu au Trésor Public pour des placements rentables orientés sans doute vers l’optimisation fiscale de leur impôt sur les sociétés.

 

La retenue à la source préfigure la fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG et annonce la disparition de l’impôt progressif plus juste.

 

La fusion IR-CSG contre nos droits de contribuables et d’assurés sociaux :

Le prélèvement à la source rapproche inévitablement l’impôt sur le revenu (IR) de la Contribution sociale généralisée (CSG), déjà prélevée à la source et affectée jusqu’à aujourd’hui exclusivement au financement de la Sécurité Sociale.

Or, la fusion de l’IR et de la CSG dans un prélèvement unique à la source figurait déjà dans le programme du candidat Hollande.

- Cette fusion signerait la fin de l’impôt progressif et du quotient familial et permettrait à l’Etat de faire main basse sur le budget de la Sécurité Sociale, l’argent des assurés basculant ainsi sur le budget de l’Etat.

La fiscalisation du financement de la Sécurité Sociale se traduirait par la fin de nos droits d’assurés sociaux.

- Le prélèvement à la source serait le cheval de Troie qui permettrait la casse de tout l’édifice de notre système de protection sociale.

- Danger sur l’existence et la pérennité des services des finances publiques de proximité avec les 37 000 emplois déjà supprimés et les 1800 à venir pour 2017.

 

 

 

 

Retenue à la source de l'impôt sur le revenu. Attention. Danger.
Retenue à la source de l'impôt sur le revenu. Attention. Danger.

Le tract à télécharger en PDF

Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans Impôts Tracts
commenter cet article
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 10:14

 Faut-il en retirer une ligne?

A vous de voir

Lybie. 2011. Le tract des cocos de Mantes-la-Jolie
Lybie. 2011. Le tract des cocos de Mantes-la-Jolie
Repost 0
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 06:49

Alors que des centaines de millions d'être humains meurent ou souffrent de la faim dans le monde, faut-il oser parler de "surproduction" en ce domaine?

 

De fait, ce sont bien là aussi les règles absurdes (du point de vue des besoins des femmes et des hommes) qui sont et seront en cause tant que les marchés financiers et la recherche de profits guideront les décisions.

 

Pour les communistes, il s'agit avant tout d'avoir le courage de refuser cette soumission aux marchés financiers et ils formulent deux propositions:

  • la création d'un office national du lait
  • la construction de coopérations mutuellement avantageuses.
Crise du lait. Répondre aux besoins des femmes et des hommes
Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans Emplois Tracts communiqué
commenter cet article
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 22:38

Goodyear, Air France etc. : les intimidations et provocations patronales et gouvernementales doivent se retourner contre leurs auteurs !

Tract, PCF Paris 15, 4 février 2016 (manif Goodyear & entreprises 15ème)

 

Solidarité de classe !

Ces dernières semaines, dans des occasions différentes, le gouvernement a fait le choix de la répression anti-salariés et antisyndicale et de la mettre en avant. 

En octobre, Valls a tenu des propos ultraviolents, à l’unisson du PDG Juniac, contre les salariés d’Air France dans l’épisode de la « chemise déchirée ».

En décembre, 8 militants CGT de Goodyear-Amiens, poursuivis par l’Etat (et non plus l’entreprise), sont condamnés à des peines ahurissantes de prison ferme. 

Ce sont des provocations calculées à l’encontre du monde du travail, également par le contraste avec la quasi-impunité des possédants et des patrons fraudeurs.

 

Plus que jamais, notre bataille doit viser à faire prévaloir l’expression de la solidarité de classe entre les travailleurs sur la logique d’intimidation, dans un contexte de précarisation aggravée de l’emploi et de la vie, de matraquage sécuritaire avec « l’état d’urgence ».

Pour nous, communistes, la solidarité de classe va bien au-delà de l’affichage d’une compassion, même sincère, au nécessaire soutien humain et matériel. 

Face à la répression patronale, démasquons, attaquons les intérêts de ceux qui répriment.

 

A Air France, la charge de Valls a été excessive.

L’opinion n’a pas vu des « voyous » dans les salariés risquant d’être licenciés.

L’objet du délit, la chemise, est apparu futile à côté de la menace.

Rapidement, il n’a pas pu être masqué que la « victime », le DRH Broseta (par ailleurs militant du PS), a délibérément pratiqué une politique de chantage à l’emploi, d’exacerbation des oppositions entre catégories de personnel.

Du coup, l’affaire a été reléguée au second plan dans les médias.

Mais, des centaines de suppressions d’emploi sont toujours programmées dans un « plan B ».

L’Etat, actionnaire décisif, continue de subventionner le « Low-Cost », de privatiser les aéroports, de faire des ponts d’or aux compagnies des dictatures du Golfe.

Et les salariés impliqués dans l’incident sont sanctionnés de façon inacceptable, certains licenciés et risquent toujours des condamnations judiciaires.

 

Goodyear est une entreprise moins connue.

Le conflit à Amiens dure depuis 7 ans. Le pouvoir et sa justice de classe attaquent à froid, à la fin de l’affaire avec la volonté manifeste de criminaliser l’action syndicale.

Le cas est aussi très politique puisque Hollande dans sa campagne de 2012 avait promis de faire « son possible » pour préserver l’emploi (pas vraiment un mensonge !) puis que le ministre Montebourg s’est compromis avec des patrons américains pour tenter de faire tourner les salariés en bourriques.

 

Nous saluons le courage des salariés et des militants syndicaux CGT de Goodyear qui ont résisté à tant de harcèlement dans l’entreprise, dans les infinies procédures judiciaires, dans les médias. 

Ce qu’ils continuent à combattre au bout de 7 ans est essentiel : le chantage à l’emploi et aux conditions de travail, les stratégies de délocalisation.

La CGT et les salariés ont refusé le passage au travail en « 4X8 » qui aurait détruit leur vie privée et leur santé mais pas du tout sauvé l’usine d’Amiens-Nord que Goodyear avait de toute façon l’intention de liquider et délocaliser, en faisant payer les salariés et les collectivités. 

A contrepied de l’attaque judiciaire, il faut faire connaître le fond économique de l’affaire Goodyear !

 

Air France, Goodyear : le bal des hypocrites a commencé. 

Valls encore en premier qui trouve « un peu lourdes » les condamnations des Goodyear et laisse entendre un jugement plus clément en appel (bonjour l’indépendance de la justice !).

Des patrons comme Mme Parisot et des réformistes qui regrettent les condamnations et prônent le « dialogue social ».

 

Mais la répression et le « dialogue social » sont les deux formes de la même politique antisociale.

Ils fonctionnent à sens unique, contre les acquis des travailleurs.

Quand ça ne passe pas par le dialogue, le pouvoir passe en force.

Ça été le cas avec la loi Macron ou avec le protocole « PPCR » contre le statut de la fonction publique, récusé par des syndicats majoritaires mais imposé quand même.

Hypocrisie encore chez les politiciens qui se ménagent une posture de gauche avant les élections de 2017.

Ils veulent être photographiés avec les « Goodyear » alors qu’ils ont soutenu Hollande, voté le budget 2016 (comme la plupart des frondeurs), qu’ils défendent viscéralement l’UE de la concurrence de tous contre tous (Cohn-Bendit/EELV) ou qu’ils ont approuvé l’état d’urgence.

 

Que l’on ne compte pas sur nous, communistes, pour semer des illusions sur 2017 !

La résistance, c’est maintenant. 

Les attentats, l’état d’urgence, les « primaires » débiles ne doivent pas faire oublier qu’avec le « pacte de responsabilités », le gouvernement opère le plus grand transfert d’argent issu du travail vers le profit capitaliste (50 milliards d’euros).

Hollande, dans ses dernières annonces « sur l’emploi », a encore ajouté 2 milliards aux cadeaux aux entreprises et annoncé la transformation du CICE en exonérations définitives de cotisations sociales patronales.

La casse du financement solidaire de la sécurité sociale est une priorité de la fin du quinquennat.

De leur côté, Macron et El-Khomri agitent le leurre des 35 heures pour mieux attaquer le code du travail et l’indemnisation du chômage.

 

Air France, Goodyear doivent porter la résistance à cette politique maintenant !

 

Communistes, nous appelons:

  • A signer et faire signer la pétition CGT pour larelaxe des Goodyear, à exiger l’annulation des sanctions contre les salariés d’Air France

  • Au maintien de tous les emplois à Air France, à la suppression des dispositifs gouvernementaux favorisant le dumping social dans l’aérien, à l’arrêt des privatisations des aéroports

  • A taxer les réimportations d’usine délocalisées

  • A abroger le CICE

 

La journée de manifestation des fonctionnaires le 26 janvier a marqué la reprise des luttes en 2016 : intensifions le mouvement !

 

Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans Tracts Emplois
commenter cet article
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 16:39

Le 6 juillet dernier, la majorité de droite du Conseil municipal a voté la destruction du centre commercial Mantes II (La Dalle du Val-Fourré). Les commerces n’y seraient reconstruits que partiellement … dans quelques années.

Le marché du Val-Fourré serait déplacé (menacé ?)

Les centres commerciaux Lavoisier et Fragonard devraient rapidement subir le même sort.

 

Si ces centres commerciaux en sont arrivés aujourd’hui à un niveau de délabrement tel qu’il faille maintenant les détruire, la responsabilité de la droite locale est écrasante.

 

En dix ans, celle-ci a consacré 470 millions d’euros pour détruire plus de 1.000 logements sociaux sans rien prévoir pour la réhabilitation et la restructuration des centres commerciaux.

 

Aujourd’hui, la majorité municipale ne prévoit rien d’autre que de préserver certains commerces en faisant financer ce projet … par de nouvelles constructions de logements.

 

PLUSIEURS CENTAINES DE LOGEMENTS CONSTRUITS AU VAL-FOURRE ?

 

C’est en tout cas ce que prévoit la majorité municipale : 250 logements sur la Dalle du Val-Fourré, 50 logements (100 en tout) en lieu et place de chacun des centres commerciaux Lavoisier et Fragonard.

350 logements aux rez-de-chaussée desquels seraient ensuite installés des commerces.

 

CE PROJET EST INACCEPTABLE.

 

Pour les communistes, ce projet est inacceptable !

 

Alors que l’on a détruit nos logements sociaux par centaines, comment pourrait-on accepter la construction de 350 nouveaux logements (privés) qui vont encore densifier le quartier du Val-Fourré tout en faisant disparaître la majorité des commerces existants (et plusieurs centaines d’emplois) ?

 

Cela alors même que les fermetures de commerce se multiplient au Centre-Ville au plus grand profit des grandes surfaces et des zones d’activité commerciales à la périphérie de notre commune ?

 

D’AUTRES SOLUTIONS SONT POSSIBLES.

 

  • L’ANRU DOIT FINANCER LA REVITALISATION DES COMMERCES MANTAIS.

 

La destruction de plus de 1.000 logements sociaux a été rendue possible car elle a été financée par l’Agence Nationale de la Rénovation Urbaine – ANRU (à laquelle ont participé la Ville pour 10%, la CAMY, le Département, la Région).

 

Au niveau national, le projet ANRU prévoyait explicitement l’aménagement des quartiers – à commencer par la rénovation et la revitalisation de l’activité commerciale.

 

POURQUOI LE PROJET DE LA DROITE LOCALE A-T-IL ETE ACCEPTE ET FINANCE ?

 

 

Les communistes réclament que l’ANRU assume maintenant ses responsabilités et finance une réelle rénovation des centres commerciaux.

 

C’est en ce sens que notre élu, Marc JAMMET, s’est adressé à Paul MARTINEZ le président de la CAMY, Pierre BEDIER le président du Conseil départemental, Jean-Paul HUCHON le président du Conseil régional, François PUPPONI le président de l’ANRU et nous ne pouvons que regretter qu’aucun de ces « décideurs » n’ait eu le courage de lui répondre depuis le 15 juin dernier !

 

  • UNE VERITABLE CONCERTATION AVEC LES PREMIERS CONCERNES : LES MANTAIS !

 

Les premiers concernés, ce sont les Mantais, les commerçants, les salariés des commerces.

Ce sont eux qui subissent à la fois la disparition progressive des commerces de proximité et l’augmentation des impôts locaux qui a découlé du plan ANRU.

 

Ce sont les commerçants et les salariés des commerces qui subissent la disparition de leur outil de travail et qui risquent d’aller gonfler un peu plus les statistiques du chômage.

 

Il n’est que temps d’organiser en grand un vrai débat local associant tous les Mantais et c’est en ce sens que notre élu interviendra lors du prochain conseil municipal le 3 octobre prochain.

 

  • STOPPER AU NIVEAU NATIONAL LA SPIRALE INFERNALE DES BAS SALAIRES.

 

Si l’on veut que nos commerces locaux vivent et se développent, il faut que les Mantais aient les moyens de pouvoir en être clients.

 

La politique de droite que mène le gouvernement actuel va exactement à l’inverse.

C’est par milliards d’euros qu’il finance les entreprises pour qu’elles maintiennent les salaires au plus bas – au nom de la compétitivité des entreprises au sein de l’Europe.

C’est par milliards d’euros qu’il assèche les comptes de notre protection sociale et de nos hôpitaux publics, dé-rembourse et dérégule notre économie.

 

L’avenir, au contraire, est dans les mouvements sociaux qu’engagent les salariés de plus en plus nombreux (comme à Carrefour-Market) pour arracher des augmentations de salaires. Ce sont eux qui contribuent  à créer un nouveau rapport de forces contre le Patronat et le gouvernement qui lui est tout dévoué.

 

Pour changer vraiment les choses, il y a besoin d’une force communiste plus influente et qui garde sa raison d’être. POUR VOUS, AVEC VOUS.

 

Vous avez dit rénovation urbaine ?

Le projet ANRU à Mantes-la-Jolie, c’est :

470 millions d’euros de fonds publics

10% payés par la Ville

40% d’augmentation des impôts locaux en 5 ans

50 millions d’euros donnés aux bailleurs sociaux (10 ans de loyers remboursés pour chaque logement détruit)

Des projets de commerce aux rez-de-chaussée des immeubles qui n’ont jamais aboutis

0 euro pour nos commerces de proximité

 

De l’argent, il y en a.

La réduction FILLON qui exonère les entreprises de leurs cotisations pour les bas salaires, c’est 20 milliards d’euros.

Le Pacte de responsabilité, le Crédit Impôt Compétitivité c’est 40 milliards d’euros

 

Et les profits n’ont jamais aussi élevés pour les grandes entreprises (1 milliard d’euros pour Carrefour-Market par exemple).

 

NON à la destruction des centres commerciaux OUI au commerce de proximité à Mantes-la-Jolie.
NON à la destruction des centres commerciaux OUI au commerce de proximité à Mantes-la-Jolie.
Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans Mantes-la-Jolie Tracts Commerces
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 11:54

Vous trouverez, ci-dessous, le tract des communistes de Mantes la Jolie.

Ils vous appellent à partciper nombreux au rassemblement organisé par le comité Coeur.Hôpital.Mantes le samedi 6 avril à 11h00 devant le Palais de Justice de Mantes la Jolie.

Cliquez deux fois sur les images pour les agrandir.

coco1

coco2

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de pcfmanteslajolie
  • Le blog de pcfmanteslajolie
  • : Le blog des communistes de Mantes la Jolie
  • Contact

Recherche

Articles Récents