Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 06:08

 

 

Que n’aura-t’on entendu à propos de l’Europe, soi-disant facteur de liberté et de paix?

 

Sauf que … c’est tout le contraire qui se produit.

 

Non seulement l’Europe actuelle n’est pas facteur de paix mais, grâce à la France, son « bras armé », elle n’a cessé d’intervenir pour faire respecter l’ordre établi: celui du capitalisme dirigé par les USA.

 

Un capitalisme qui plonge des millions de femmes et d’hommes dans la misère et provoque une des plus grandes migrations que notre monde ait connu: plus de 250 millions de migrants internationaux.

L’europe « barbelés ».

 

On « a vendu » l’Europe aux citoyens comme une zone de liberté à l’intérieur et de paix à l’extérieur. On a trompés ces derniers.

 

==> La liberté tant vantée n’est en fait que celle de la circulation des capitaux et des marchandises.

 

Celle-là même qui favorise la baisse des salaires dans une véritable « course à l’échalote » (je baisse les salaires en France pour être compétitif, les salaires baissent aussitôt dans les autres pays pour la même raison invoquée …) et les délocalisations d’entreprises sous fond d’exploitation éhontée des salariés locaux.

 

==> La paix qu’on assimile à l’Europe est également une immense tromperie.

 

Décerner à cette dernière le prix Nobel de la paix « parce qu’il n’y a pas eu de guerre sur son territoire » revient à faire oublier ses multiples interventions, France en tête.

 

==> Une Europe barbelés impérialiste qui « embauche » désormais des pays pour « faire le sale boulot »: comme la Grèce d’Alexis Tsipras au sein de l’Europe ou la Turquie du dictateur d’Erdogan qu’on laisse, en échange, frapper le peuple kurde au plus grand soulagement de Daesh.

 

Agir pour une vraie

solidarité internationale

 

Cela passe par plusieurs impératifs.

 

==> Le respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et la fin des interventions armées dans les pays étrangers.

 

==> La construction de coopérations mutuellement avantageuses entre pays qui permettent aux salariés locaux de vivre dignement de leur travail (et de pouvoir acheter ce qu’ils produisent). La lutte contre la spéculation internationale qui place hors de portée d’une majorité de la population le simple droit de se nourrir.

 

==> La construction de liens de solidarité avec les migrants sur notre territoire.

 

Non, ils ne viennent pas nous prendre notre travail.

 

C’est le capitalisme et ses soutiens qui dévalorisent ce dernier et osent maintenant désigner comme bouc-émissaires ceux qui en sont les premières victimes.

 

Nous diviser ne fera que nous affaiblir, c’est tous ensemble que nous pouvons changer cette société.

 

Quelques-unes des multiples

interventions militaires françaises.

 

1961. Tunisie (Bizerte)

1964. Gabon (Rétablissement du président M’ba)

1968 à 1972. Tchad (contre la rebellion du Tibesti)

1977. Zaïre (soutien au maréchal Mobutu)

1977. Mauritanie (contre le Front Polisario).

1978. Zaïre (soutien au maréchal Mobutu)

1978—1980. Tchad (contre le Frolinat)

1983. Tchad (soutien au Présiddent Hissène Habré)

1985. Tchad (bombardement d’une base aérienne libyenne).

1986. Togo (soutien au Président Eyadéma)

1990—1993. Rwanda (soutien au Président Habyarimana), Irak.

1992—1993. Somalie (armée française placée ensuite sous commandement américain— »Restore Hope»)

1993. Zaïre, Rwanda (formation de l’armée rwandaise qui allait bientôt commettre un des plus grands génocides de notre siècle).

1994. Rwanda (instauration d’une « zone humanitaire » qui permettra à l’armée rwandaise de passer au Zaïre)

1997. Congo

2002. Côte d’Ivoire.

2003. Centre-Afrique, Afghanistan

2004. Côte d’Ivoire.

2006. Tchad

2008. Tchad, Erythrée

2011. Lybie, Côte d’Ivoire

2013. Mali.

...

 

Mézy-sur-seine.

Bambino est libéré

 

« Bambino » est un jeune réfugié soudanais qui, après avoir traversé la Libye, est arrivé d’abord en Italie (ou il ment sur son âge pour ne pas être expulsé) avant la France.

 

Mineur à l’évidence et scolarisé, c’est pourtant sous le prétexte qu’il serait majeur que le gouvernement français l’incarcère au centre de rétention de Plaisir.

 

C’était sans compter sur le comité de soutien, « les voisins solidaires » de Mézy et de nombreux soutiens dont les communistes de Mantes-la-Jolie.

 

Il est provisoirement libéré.

 

Cliquez ci-dessus pour retrouver le fichier PDF.

Repost 0
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 06:19

Nous nous permettons de vous donner à voir le dernier numéro en date de notre publication locale qui sera distribuée dans les lieux publics et dans les boîtes aux lettres du canton.

 

Au menu:

 

Notre dossier (pages 1, 2 et 3). L'Europe barbelés NON. Solidarité internationale OUI.

 

L'édito d'Armelle Hervé (page 1). Combattre vraiment l'extrême-droite

 

Les brèves (pages 2 et 3). Front populaire interdit de séjour à Rosny-sur-Seine, Place ouverte mais amende ferme et cachez-moi ces pauvres à Mantes-la-Ville, la GPS&O aime recevoir, 5 millions de demandeurs d'emplois, malades mentaux armés aux USA, trois fois plus de milliardaires en France, la commande publique en baisse due principalement aux collectivités territoriales, la maire de Calais a tenté d'interdire l'aide aux migrants, la commission européenne n'aime pas le logement social.

 

Contre la fermeture du bureau de Poste à Mantes-la-Ville (page 4)

 

Eric Roulot, candidat du PCF? Nous ne sommes pas engagés (page 4)

 

Marché du Val-Fourré. 750.000 euros perdus pour les Mantais (billet de Marc Jammet, page 4)

Cliquez ci-dessus pour ouvrir le fichier en pdf.

Mantes-la-Jolie. L'OPINION DES COMMUNISTES (Numéro 77)
Mantes-la-Jolie. L'OPINION DES COMMUNISTES (Numéro 77)
Mantes-la-Jolie. L'OPINION DES COMMUNISTES (Numéro 77)
Mantes-la-Jolie. L'OPINION DES COMMUNISTES (Numéro 77)
Repost 0
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 08:05
Bambino a été libéré. Le rassemblement prévu aujourd'hui est annulé.
 
Vous trouverez, ci-dessous, le communiqué du Comité de soutien à Bambino daté d'hier.
 
Bambino est sorti du CRA !!!!


C'est une bonne nouvelle, mais...

 
Il s'agit juste d'une annulation de la rétention avec mise en assignation à résidence au CHU de Mézy. Pour retrouver "sa maison" et se refaire une santé...et aussi lui donner le temps de prouver sa minorité
 
 

Ce soir, il mangera un peu plus (on l'espère) avec ses compagnons d'exil.

Plus d'info plus tard
 

donc
ANNULATION DU RASSEMBLEMENT DEVANT LE CRA QUI ÉTAIT PRÉVU DEMAIN (aujourd'hui - NDLA)
 
Pensez à prévenir rapidement vos réseaux à qui vous aviez transféré l'appel à rassemblement
Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans Migrants Mézy-sur-Seine
commenter cet article
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 06:54

L'article a été publié lundi 3 avril 2017.

 

Vous trouverez également, ci-dessous, le soutien de Yolande Moreau - rendu public par la page Facebook du comité de soutien Bambino: https://www.facebook.com/sossauvonsbambino/

Sur cette page également, modèle de courriels à envoyer en urgence aux autorités.

Le Parisien. "LE PREFET A LA VIE DE CE JEUNE HOMME ENTRE SES MAINS".
Le Parisien. "LE PREFET A LA VIE DE CE JEUNE HOMME ENTRE SES MAINS".
Repost 0
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 08:50
"Bambino". Non à l'expulsion du territoire devant le Centre de Rétention de Plaisir.

Samedi 1° avril, le comité de soutien Bambino appelait à un rassemblement contre l'expulsion programmée du territoire du jeune homme, scolarisé à Mézy-sur-Seine et retenu au centre de rétention de Plaisir.

 

La section de Mantes-la-Jolie du PCF était représentée par sa secrétaire de section (Armelle Hervé) et l'élu PCF de Mantes-la-Jolie (Marc Jammet).

 

Vous trouverez, ci-dessous, quelques informations communiquées par le comité de soutien Bambino.

Vous pouvez également vous informer sur la page Facebook de ce dernier: https://www.facebook.com/sossauvonsbambino/

 

Comité de soutien à Bambino/Ahmad

comitedesoutienbambino@outlook.fr


Communiqué du 1er avril 2017


Ce samedi 1er avril, un rassemblement d'une trentaine de personnes s’est
tenu devant le Centre de Rétention Administratif (CRA) de Plaisir en
soutien à Ahmad à l'appel du Comité de soutien et relayé par RESF78.

Seules deux bénévoles et l’élue de Mézy ont pu rencontrer Ahmad.
Son état de santé est très préoccupant. Au fil des visites nous
constatons que son état de santé physique et psychologique se détériore.
C’est flagrant pour celles et ceux qui le connaissait avant sa mise en
rétention.

Ahmad est un enfant. Il est en danger.
Il est prévu qu’il soit expulsé le 6 avril prochain vers l’Italie, voire
ensuite le Soudan. Un pays en guerre où il n’a plus de famille.
C'est inacceptable !

Sa place n’est ni au CRA, ni en Italie, ni au Soudan.

Ensemble, nous exigeons que les bonnes décisions soient prises :
- que Monsieur le Préfet des Yvelines procède à la levée de la rétention
et à l’annulation de son expulsion ;
- que son statut de mineur soit reconnu ;
- qu’Ahmad soit pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance pour sa
protection, son suivi psychologique, sa scolarisation, son avenir.

_______________________________

L'histoire de Bambino/Ahmad

Bambino est un très jeune soudanais arrivé au Centre d'Hébergement
d'Urgence (CHU) de Mézy-sur-Seine en août 2016. Beaucoup plus jeune que
tous les autres résidents, tous l'appellent « le Bambino ». Nous
l'appellerons aussi comme cela.

Pourquoi Bambino se retrouve-t-il dans le cadre de procédures réservées
aux majeurs ?

Bambino est orphelin : c'est la guerre civile au Darfour. Après un long
périple depuis le Soudan, il est arrivé en Italie.
Lors de la prise d'empreintes, il ment sur son âge et se donne environ
10 ans de plus.

Pourquoi mentir : pour être majeur et pouvoir continuer son voyage vers
la France avec le compatriote qui l'accompagne depuis son pays.

Depuis le 6 août 2016, il suit assidument des cours de français, fait du
foot tous les mardis et jeudis, participe à une course à pied
régionale... Il est devenu la mascotte du CHU.

Sans en comprendre les enjeux sur le long terme, il ne fait rien pour
démentir l'âge indiqué lors de sa prise d'empreintes en Italie (date de
naissance déclarée : 10 mai 1992).

Le 9 décembre 2016, il est convoqué à la préfecture pour lui remettre un
« arrêté de transfert vers l'Italie » (1er pays européen où il a laissé
ses empreintes), selon les règles européennes connues sous le nom de «
règlement DUBLIN III ». Et lorsqu'on lui demande s'il est d'accord, il
répond qu'il veut rester en France. Conclusion, il est indiqué sur son
dossier : refus d'une « exécution spontanée d'un retour vers l'Italie »
- c'est-à-dire risque de vouloir prendre la fuite !

Et donc, le 27 février, il est convoqué à la PAF (Police de l'Air et des
Frontières) pour « mettre à exécution la mesure d'éloignement » et il
est mis immédiatement en rétention au CRA de Plaisir (centre de
rétention administrative) pour éviter sa fuite qui empêcherait son
expulsion (appelée pudiquement « réadmission en Italie »).

Les juges ne lui accordent même pas l'assignation à résidence... pour le
garder sous contrôle.

Mardi 14 mars, il a été présenté à l'avion et a refusé d'embarquer.

Une nouvelle tentative d'embarquement est prévu pour le jeudi 6 avril.

Tous les recours sont épuisés.

Le premier juge a jugé sur la base des 25 ans du jeune et les suivants
ne voulaient surtout pas remettre en cause "la chose jugée". Ce qui est
effectivement légal, mais en l’occurrence en contradiction avec la
protection de l'enfance. Et la Préfecture alertée depuis bientôt 3
semaines, nous indique qu'elle est là pour appliquer les règlements et
décisions de justice.

Il reçoit des visites tous les jours.
Mais son état de santé physique et psychologique se détériore.

Lundi 20 mars nous étions déjà une trentaine devant le CRA pour rendre
visible sa situation
la présence du maire de la ville de Mézy-sur-Seine, du responsable du
CHU, de bénévoles qui le connaissent et de militants du collectif «
voisins solidaires » et du Comité de soutien. Un ordre de la Préfecture
est arrivé : refus de visite pour ce jeune ce jour-là. Le maire,
accompagné d'une conseillère municipale, a pu rentrer pour vérifier
qu'il était toujours là.

Conclusion, tout le monde sait qu'il a menti sur son âge, mais la
machine
à broyer ne s'arrête pas.

Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans Migrants Plaisir Mézy-sur-Seine
commenter cet article
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 05:50

 

La position du Parti communiste grec (KKE) sur la question des réfugiés/migrants

8 mars 2016, Traduction TF pour « Solidarité internationale PCF – vivelepcf »

Le Secrétaire général du Comité Central du Parti communiste grec (KKE), Dimitris Koutsoumpas, a remis ce vendredi 4 mars 2016, à l’occasion de la rencontre des responsables politiques convoquée par le Président de la République sur la question des réfugiés, un texte présentant la position complète élaborée par le Parti sur ce sujet spécifique.

1. Le KKE, dès que le problème des réfugiés/migrants a commencé à s’aiguiser, a fait en sorte d'en expliquer les causes au peuple grec. Elles se trouvent dans les guerres et les interventions lancées par les USA, l'OTAN et l'Union Européenne dans tout le Moyen-Orient, à l'est de la Méditerranée, en Afrique du nord, dans le cadre de leur compétition avec d'autres puissances, comme la Russie.

2. Il va sans dire que les personnes qui sont victimes des guerres, des interventions et des régimes réactionnaires ont le droit de rechercher une vie plus sûre dans d'autres pays, malgré le fait qu'une solution permanente au problème pourrait être trouvée si les peuples de chaque pays s'organisaient et luttaient pour renverser le système qui crée les guerres, la pauvreté et pousse les gens à fuir.

3. La situation s'est récemment aggravée du fait de la confrontation entre la Russie et la Turquie, du développement des activités militaires turques dans le nord de la Syrie, ainsi que du récent engagement de l'OTAN en mer Égée. Cet engagement a été décidé au récent sommet des ministres de la défense de l'OTAN, à la demande également du gouvernement grec. La question des réfugiés est utilisée comme un prétexte pour cet engagement alors que ses raisons de fond sont liées aux antagonismes et à l'intensification de la guerre en Syrie, tout en ouvrant la possibilité à de nouvelles interventions dans d'autres pays de la région. Un tel développement ne fera qu'aggraver le problème de l'afflux de réfugiés. Dans le même temps, il encourage l’agressivité et les provocations de la Turquie. Les actes récents de cette dernière le montrent. La Turquie conteste les droits souverains de la Grèce en mer Égée en instrumentalisant la conception de l'OTAN qui fait de la mer Égée une zone d'opération unique. Cela pourrait remettre en question les frontières maritimes de la Grèce.

4. Le gouvernement grec doit immédiatement retirer son accord à un engagement des forces navales de l'OTAN en mer Égée. Il ne doit fournir aucune assistance, ni infrastructures, ni bases, il ne doit pas permettre l'utilisation de son territoire terrestre et maritime ou de son espace aérien pour la préparation ou la réalisation d'interventions ou de guerres impérialistes. De plus, il doit retirer son soutien aux décisions de l'Union Européenne, qui, avec l'accord de Schengen et les règlements de Dublin, condamnent des milliers de réfugiés à rester bloqués, piégés, en Grèce contre leur volonté.

5. Le KKE, dès les tout premiers moments, quand l'exacerbation des problèmes liés aux réfugiés/migrants est devenue visible, a dénoncé la ligne politique de l'UE sur cette question comme étant la cause principale de la rétention des réfugiés et des migrants dans certains « pays-portes d'entrée » de l'Europe, notamment la Grèce. La décision du sommet du 23 septembre 2015 a créé les conditions de la situation de blocage insoutenable que nous vivons actuellement. Cette décision, qui a été saluée par le gouvernement grec comme un succès, a prévu la relocalisation vers d’autres pays de l’UE d'un petit nombre de réfugiés, ceux que les économies capitalistes des pays européens veulent absorber, tout en laissant une large majorité des réfugiés retenus dans des pays comme la Grèce, confrontés à la répression et à l'exclusion. Le sommet du 18 décembre 2015 a encore resserré l'étau sur les réfugiés et les migrants en décidant d'appliquer à la lettre les accords de Schengen et de créer un « Corps européen de garde-frontières et de garde-côtes ». Dans le même temps, il est rentré en contradiction avec la Convention de Genève et ne reconnaît pas les personnes venant de pays tels que l'Afghanistan comme des réfugiés, alors que ce pays est une zone de guerre sous occupation impérialiste.

6. La récente décision du sommet de l'UE du 19 février continue dans les mêmes impasses: fermeture des frontières, barrières barbelées, forces de répression et gaz lacrymogène, plafonnements et quotas s'appliquant même aux réfugiés. Le terrain est préparé pour des solutions définitives encore plus douloureuses. Certains passages de la décision sont caractéristiques: “ face aux flux continus et soutenus de migrants irréguliers le long de la route des Balkans occidentaux, qui restent un sujet de vive préoccupation, il faut continuer d'agir de manière concertée, rompre avec la politique du "laisser passer" et pallier l'absence de coordination en ce qui concerne les mesures prises le long de cette route...” « Les demandeurs d'asile n'ont pas le droit de choisir dans quel État membre ils demandent l'asile ». Ces décisions donnent le feu vert à des expulsions et à la rétention des migrants. Elles renforcent la position des Etats qui, comme l'Autriche, ferment leurs frontières de façon inhumaine. Dans le même temps, l'Allemagne et la Suède renforcent les contrôles aux frontières et les restrictions concernant le droit d'asile, ce qui favorise les réseaux de trafic humain et nourrit les organisations fascistes.

7. Partant de ces considérations, et étant donné qu'il ne peut pas y avoir de solution ni même d’allègement du problème tant que continueront les guerres et les interventions impérialistes et tant que les décisions régionales de l'UE et de l'OTAN resteront en vigueur, le KKE propose des positions spécifiques pour soulager le problème, qui requièrent néanmoins l'annulation des décisions des ensembles et alliances impérialistes. Les conséquences ne peuvent être traitées que dans cette direction.

--Transfert immédiat et sécurisé des réfugiés/migrants depuis les premiers pays d’arrivée tels que la Turquie, la Jordanie, le Liban, ainsi que des îles grecques, jusqu'à leur pays de destination ultime, sous la responsabilité de l'ONU et de l'UE, et dans le respect complet des droits découlant de leur statut de réfugiés. Pour ce qui concerne les îles, c'est une réponse directe à ceux qui versent des larmes sur les préjudices pour le tourisme, l'économie...

--Retrait de l'OTAN de mer Égée. L'implication de l'OTAN en mer Égée - sans parler des risques pour les droits souverains de notre pays et de plus grande insertion de notre peuple dans l’enchevêtrement des plans militaires des impérialistes en Syrie et dans l'est de la Méditerranée - est dangereux, inacceptable. Elle marque un engagement plus affirmé de notre pays dans une guerre impérialiste de plus en plus généralisée. Elle se trouve en rupture directe avec les traités des Nations Unies et le Droit international concernant les réfugiés, selon lesquels il est illégal d'empêcher ou de dissuader des réfugiés de demander asile à des pays qui ont accepté et ratifié les traités internationaux sur les réfugiés. Le renvoi de réfugiés est également en contradiction totale avec le Droit international.

-- Respect total de la Convention de Genève et du Droit international concernant les réfugiés. En particulier:

a) Les droits qui découlent du statut de réfugié et de demandeur d'asile doivent être reconnus à toutes les nationalités auxquelles l'ONU attribue un « profil de réfugiés », ce qui inclut les réfugiés afghans.

b) Les mesures policières répressives aux frontières à l'encontre des réfugiés doivent cesser, ainsi que la fermeture des frontières qui se produit en ARYM [Ancienne république yougoslave de Macédoine] et dans d'autres pays.

c) Levée immédiate des plafonnements du nombre de demandes d'asile. Cette pratique a été instaurée au fil du temps selon une logique de répartition proportionnelle, sur la base des quotas qui ont été décidés par l'UE en violation complète du droit des réfugiés.

--Un financement conséquent destiné aux infrastructures et à des personnels de secours, particulièrement au cours des mois d'hiver, notamment pour l'accueil, la prise en charge médicale et l'enregistrement, placés sous la responsabilité exclusive de l’Etat, sans aucune implication des ONG.

--La création de centres d'accueil temporaire décents, qui fonctionneront sous la responsabilité du ministère de l'immigration, pour la durée nécessaire aux procédures d'accueil, de soins médicaux, d'enregistrement et de préparation des papiers qui permettront la poursuite de leur voyage en toute sûreté à ceux qui le souhaitent - c'est à dire l'écrasante majorité des réfugiés - ou l'examen de leurs demandes d'asile pour ceux qui choisissent de faire de la Grèce leur destination ultime, qui représentent une petite minorité.

--Des bases militaires désaffectées, des bâtiments inutilisés, des terrains et des locaux appartenant au secteur public... peuvent être utilisés et adaptés afin de fournir des logements, la satisfaction des besoins des réfugiés et de tous les habitants de la zone concernée étant le premier critère de choix. Le transfert organisé des milliers de réfugiés stationnant au port du Pirée et sur la place Victoria doit mettre un terme à leurs conditions de vie inacceptables actuelles. Des mesures immédiates, employant tous les moyens disponibles, sous la responsabilité de l'Etat, doivent créer des conditions de vie dignes et humaines pour les milliers de réfugiés qui attendent temporairement à Idomeni.

--Les “Hot Spots”, les centres de relocalisation, les camps de réfugiés/migrants sont par essence des centres de tri, d’où un très petit nombre sera transféré, d’une façon ordonnée vers d'autres Etats-membres de l'UE tandis que la majorité sera retenue en Grèce contre leur volonté. Cela a été confirmé après l'échec flagrant du soi-disant programme de relocalisation des réfugiés de l'UE. Les 50 000 abris “temporaires”, selon le gouvernement, sont devenus des lieux de rétention permanent, comme l'avait prédit le KKE, et bien sûr, on n'en restera pas là puisqu'à ce nombre vont être ajoutées plus de 100 000 places supplémentaires en préparation.

--Abolition et dissolution des règlements de Dublin, de l'Espace Schengen, de l'agence FRONTEX et de tous les mécanismes répressifs de l'UE. Refus des nouvelles mesures et des nouveaux mécanismes de l’UE de répression de l'UE et de remise en causes de la souveraineté aux frontières comme le soi-disant « Corps européen de garde-frontières et de garde-côtes » qui sera bientôt créé. Nous sommes particulièrement préoccupés par l’instrumentalisation de la question en vue d’intensifier la répression contre les peuples en Europe.

--Aucune participation de la Grèce dans les guerres et les interventions impérialistes, et aucune mise à disposition de ses forces armées dans ces conflits qui sont la cause, parmi tous les tourments qu'ils imposent aux peuples, de la situation de milliers de réfugiés et de personnes déracinées. Toutes les bases militaires de l'OTAN-USA en Grèce doivent être fermées dès maintenant.

8. Le KKE, avec les exigences exprimées plus haut, s'adresse directement et en premier lieu au peuple grec, qui fait face aux graves conséquences de la crise de l'économie capitaliste. Il exprime dans le même temps sa solidarité pleine et entière aux réfugiés par tous les moyens possibles. Le mouvement du peuple et des travailleurs doit lutter pour des mesures immédiates pour soulager et soutenir les réfugiés et pour leur acheminement vers leur pays final de destination, contre les décisions de l'UE. Il doit renforcer la solidarité internationale et la lutte contre les guerres impérialistes et le système d'exploitation pourri qui les suscitent.

9. Il s'ensuit que le KKE rejette les positions du gouvernement en vue du sommet du 7 mars. Il apparaît clairement que les décisions de l'UE prennent une direction qui va aggraver les causes du problème et ne permettront pas de gérer les conséquences négatives pour les peuples de l'UE et les réfugiés eux-mêmes.

 

Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans International Migrants
commenter cet article
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 06:24

De nos camarades de Saint-Quentin (Aisne)

Cynisme, hypocrisie !
Xavier Bertrand incapable d’accueillir 2 ou 3 familles de réfugiés à Saint-Quentin : révélateur !

Le gouvernement a fini par accepter de recueillir 30.000 réfugiés fuyant la guerre et le terrorisme en Syrie et en Libye notamment.

A l’échelle de Saint-Quentin, cela représente tout au plus une vingtaine d’hommes, de femmes et d’enfants.

Mais c’est déjà de trop pour le candidat à la présidentielle de 2017, aux régionales de 2015 et accessoirement maire de Saint-Quentin, Xavier Bertrand !

Les médias nationaux ont largement repris ses déclarations dans ce sens. Communistes, cette attitude politicienne et ses arrière-pensées, le cynisme et l’hypocrisie de Xavier Bertrand nous écoeurent.

 

Notre bon maire aurait sans doute fait partie de ceux qui refoulaient les Arméniens fuyant le génocide, les réfugiés italiens, allemands, espagnols fuyant le fascisme et le nazisme, de ceux qui en Grande-Bretagne refoulaient les réfugiés gaullistes en 1940, de ceux qui voulaient refouler les Saint-Quentinois jetés en 1914 et 1940 sur les routes de l’exode.

 

A l’AFP, Xavier Bertrand affirme que ce n’est pas qu’il ne veut pas être généreux mais qu’il n’est pas capable de l’être.

Quelques familles à Saint-Quentin ? « Je ne sais pas les accueillir, je ne sais pas les former, je ne sais pas les intégrer, je ne sais pas leur donner un emploi » se défend-il !

 

Oui, M. le candidat, vous avez montré à quel point vous étiez incapable de former, d’intégrer, de créer des emplois pour les habitants, de toute origine, quand vous étiez ministre du travail, pardon du chômage, et que vous ne pensiez qu’à détourner l’argent public vers les profits des patrons qui délocalisent, qu’à casser la sécurité sociale et les services publics.

 

C’est bien cette politique, et non la présence de quelques migrants comme vous l’insinuez qui sont responsables de la crise que payent les travailleurs saint-quentinois.

Si vous espérez suivre la voie ouverte par Marine Le Pen pour vous hisser à une stature nationale, c’est encore plus lamentable !
 

Hypocrisie encore quand on rappelle que vous étiez dans le gouvernement qui a détruit la Libye, fait le lit des islamistes, avant que vos successeurs poursuivent, avec l’accord de votre parti, cette œuvre en Syrie.

 

Et ce n’est pas parce que le cynisme encore plus grave des dirigeants britanniques de Blair à Cameron, soucieux d’attirer une main-d’œuvre qualifiée de Proche-Orient dans les pires conditions de précarité et travail au noir, dépasse encore le vôtre et est une cause majeure des drames de Calais que vous pouvez vous défausser de vos propres responsabilités politiques.

 

Pour notre part, communistes, nous affirmons notre solidarité avec les réfugiés.

Nous participons à assumer, à la place des gouvernements successifs, les conséquences de leurs politiques de guerre.

Nous irons à la rencontre des réfugiés, leur proposerons de parler de ce qu’ils ont vécu, de leur projet pour leur pays (parce que nous n’acceptons pas l’idée que la Syrie ou la Libye n’existeront plus jamais), pour leurs familles.

 

Oui, les Saint-Quentinois sont généreux !

Mais pas seulement, ils savent aussi que ceux qui bombardent, ceux qui vendent les bombent aux amis de Sarkozy et Hollande dans le Golfe et en Turquie sont les mêmes que ceux qui cassent nos emplois et nos conditions de vie

 

Solidarité !

 

Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans Migrants Saint-Quentin(02)
commenter cet article
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 18:18

C'est le message qu'a lancé à nouveau le collectif Roms Yvelines à l'occasion de la visite de la ministre de la réussite éducative à Triel.

Pour ce qui les concerne, les communistes de Mantes la Jolie soutiennent, bien évidemment, l'action de ce collectif de soutien.

Vous trouverez, ci-dessous, le communiqué de presse du collectif.

Cliquez deux fois sur l'image pour l'agrandir.

Rom78

Repost 0
Publié par pcfmanteslajolie - dans Education Migrants
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pcfmanteslajolie
  • Le blog de pcfmanteslajolie
  • : Le blog des communistes de Mantes la Jolie
  • Contact

Recherche

Articles Récents